Accueil » Actualité » Le DGSN, Abdelghani Hamel, élu à la présidence AFRIPOL: un acquis pour lutter contre les criminalités

Le DGSN, Abdelghani Hamel, élu à la présidence AFRIPOL: un acquis pour lutter contre les criminalités

«La première Assemblée générale de l’Afripol s’est ouverte à Alger avec l’élection du bureau du Congrès et l’Algérie a été choisie pour diriger l’Afripol pour une durée de deux ans », a expliqué M. Chergui, Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, dans une déclaration à la presse en marge des travaux. Il a ajouté que les postes de 1er, 2ème et 3ème vice-présidents sont revenus, respectivement à l’Ouganda, le Nigeria et la République Centrafricaine, alors que le poste de rapporteur a été confié à la Zambie. Relevant une « présence forte » des pays africains et d’organisations régionales et mondiales à l’AG de l’Afripol, M. Chergui qui s’exprimait en sa qualité de représentant de l’UA, s’est « félicité » des acquis réalisés par ce Mécanisme qui dispose désormais d’un siège à Alger. Il a également mis en avant les efforts de la Direction générale de la Sûreté nationale pour doter l’Afripol de moyens nécessaires et modernes permettant à la police africaine de « relever les défis de la paix et de la sécurité ». De son côté, le secrétaire général du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, Mohamed-Ali Komane, a adressé ses « remerciements » à l’Algérie, « pays de paix et de sécurité », pour avoir abrité les travaux de cette AG. Il a, en outre, salué le rôle de l’Algérie « qui est toujours présente dans les instances régionales et internationales », soulignant la « grande expérience » de la police algérienne. M. Komane a, par la même occasion, félicité le Directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, pour son élection à la présidence de l’Afripol, estimant que c’est « une juste reconnaissance pour les efforts qu’il a consentis en faveur de la paix et de la sécurité et des Droits de l’Homme ». L’Algérie a, pour rappel, placé cette année l’Afrique au cœur de ses préoccupations grâce à une lutte commune contre tous les fléaux qui la gangrènent à commencer par le chômage, l’immigration clandestine, le mariage précoce et la lutte contre la drogue et le terrorisme. Ce sont là, les dernières recommandations des experts africains réunis au niveau du palais des Nations sous l’égide du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Dans ce sillage, beaucoup de rencontres ont eu lieu sur le plan économico-financier pour booster la coopération avec l’Afrique entre autres la rencontre avec le FCE d’Ali Haddad et ensuite celle avec la CGEA de Mme Saida Neghza. Sur le plan sécuritaire, cette rencontre d’Afripol vient coordonner les efforts pour faire face au danger qui guette l’Afrique et menace sa stabilité. Les travaux qui se sont ouverts, tard avant-hier, au niveau de l’hôtel Aurassi, en présence de Abdelmalek Sellal et son staff, entre autres, le ministre des Affaires étrangères et celui de la Justice et Garde des Sceaux avec le représentant de l’UA et celui de la Ligue Arabe, ont permis de coordonner les efforts pour faire face à la menace terroriste. Cette option était développée dans la prestation du Premier ministre d’où l’impérative nécessité de faire face à ce qu’il a qualifié de péril planétaire et de menace organisée et multiformes pour notre sécurité qui impose l’action commune, la coordination et la coopération entre les services internationaux de sécurité ainsi que l’engagement franc de la communauté internationale dans cet effort de lutte. Pour Sellal, il est désormais urgent de développer les capacités opérationnelles et techniques des services africains de police en développant les manuels et des centres d’excellence en matière de formation et d’enquête judiciaire ainsi qu’en généralisant les pratiques innovantes et d’échange d’informations et d’expérience. Les représentants des différentes organisations africaines sont unanimes à coordonner leurs efforts pour contrecarrer la violence et le terrorisme qui menace la stabilité de la région eu égard à la situation sécuritaire où plusieurs conflits et guerres civiles menacent la bonne survie de l’Afrique, selon leurs propos tenus en marge de ces travaux. Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mohamet, rappelle que parmi les questions évoquées lors de cet entretien, figure notamment les voies et moyens de réaliser la vision contenue dans l’Agenda 2063, initié en 2013 par l’UA, en particulier en ce qui concerne l’économie, le développement et la sécurité.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*