Accueil » Actualité » En l’espace de trois mois seulement en Algérie: Plus de 14 tonnes de résine de cannabis saisies

En l’espace de trois mois seulement en Algérie: Plus de 14 tonnes de résine de cannabis saisies

Parmi eux, une baisse de près de 50% de saisies de résine de cannabis comparé à la même période 2016. En effet, plus de 14 tonnes de résine de cannabis ont été saisies en Algérie durant les trois premiers mois de 2017. Près de 90% de ces drogues ont été saisies à l’ouest du pays. Un tel chiffre sur des drogues saisies, devrait donner du tournis. Pour autant, il devrait confirmer la réflexion parfaite selon laquelle nos frontières sont devenues une véritable plaque tournante de trafic des drogues. Raison somme tout essentielle qui fait que l’Algérie a décidé de redoubler ses capacités opérationnelles de lutte contre ce phénomène transnational. Plus aucun doute, le danger des drogues est aujourd’hui une réalité acerbe qu’il faut coûte que coûte combattre. Le pays en a souffert. Force naturellement est de relever que 86,75% de ces drogues ont été saisies dans l’ouest du pays, ce qui renforce davantage les suspicions que ces drogues sont en provenance du Royaume. Le bilan de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT) est édifiant à plus d’un titre. L’Office relève aussi une « hausse » des substances psychotropes saisies. « Au total, 14.373,928 kg de résine de cannabis ont été saisis durant le premier trimestre de l’année 2017, dont 86,75% dans la région Ouest du pays », précise l’Office dans son rapport. Ce dernier se référant au bilan des services conjoints de lutte contre les stupéfiants (gendarmerie, police et douanes). A noter que la quantité de résine de cannabis saisie durant les trois premiers de l’année en cours a enregistré une baisse de 48,33% par rapport à la même période de l’année 2016. Ceci s’explique par le renforcement du dispositif sécuritaire au niveau des frontières, selon une source proche de l’Office. Celle-ci relève que malgré cette baisse, les quantités saisies restent « encore élevées ». Il est fait état aussi que 11,08% des quantités saisies ont été enregistrées dans la région Sud du pays. 1,27% a été opéré dans la région Est et 0,90% dans le Centre du pays. S’agissant des drogues dures, la quantité d’héroïne saisie a augmenté, passant de 145,44 grammes au 1er trimestre de l’année 2016 à 166,25 grammes à la même période de 2017, soit une hausse de 14,31%. La quantité de cocaïne saisie a fortement baissé (-66,62%) passant de 7.000,07 grammes à 2.336,46 grammes durant la même période de référence. Quant aux psychotropes, le bilan relève une  » augmentation » des quantités saisies, passant de 215.081 à 314.984 comprimés durant cette même période, soit une hausse de 46,45%, dont 53,82% ont été saisis à l’Ouest du pays. Selon les investigations par les services concernés, 10.116 individus ont été impliqués dans des affaires liées à la drogue, en hausse de 3,16%, dont 51 étrangers, selon le même bilan qui fait état de 176 personnes en fuite. Les données de l’ONLDT révèlent également que parmi les personnes impliquées, 2.180 sont des trafiquants alors que 5.390 sont des usagers de résine de cannabis et que 1.199 sont des trafiquants de substances psychotropes et 1.257 autres en sont des usagers. S’agissant du trafic des drogues dures, il concerne 44 trafiquants et 9 usagers de cocaïne et 20 trafiquants et 11 usagers d’héroïne. Durant le premier trimestre de l’année en cours, 7.734 affaires ont été traitées contre 7.467 affaires à la même période de l’année 2016, soit une augmentation de 3,58%. Sur le total des 7.734 affaires traitées, 1.937 sont liées au trafic illicite de la drogue, 5.756 autres affaires relatives à la détention et à l’usage de drogue, et 5 affaires liées à la culture de cannabis, conclut la même source. Durant l’année 2016, l’Office avait enregistré la saisie de plus de 109 tonnes de résine de cannabis, dont de 74,34% dans l’ouest du pays, rappelle-t-on. Par ailleurs, sur le plan thérapeutique, plus de 21.500 toxicomanes ont bénéficié d’une prise en charge médicale durant les 9 premiers mois de 2016. Près de 40% sont des jeunes âgés entre 16 et 25 ans. « Au total, 21.507 toxicomanes, dont 8.489 sont âgés entre 16 et 25 ans (39,47% du total), ont bénéficié d’une prise en charge médicale et thérapeutique durant les neuf premiers mois (janvier-septembre) de l’année 2016 », a précisé l’Office dans son rapport. Concernant les tranches d’âge des toxicomanes traités, le rapport fait état aussi de 8.212 personnes âgées entre 26 et 35 ans. 4.189 toxicomanes ont plus de 35 ans et 617 autres ont moins de 15 ans. La prise en charge des toxicomanes a concerné 19.720 bénéficiaires de consultations externes, 1.726 autres bénéficiaires d’hospitalisation volontaire et 61 toxicomanes qui ont fait l’objet d’injonction thérapeutique, selon la même source. Le rapport de l’Office précise que 15.789 personnes (73,41% du total) sont célibataires et 4.987 personnes (23,19%) sont mariées. Il fait ressortir aussi que 2.128 des toxicomanes pris en charge sont des femmes et 19.379 sont des hommes. Evoquant la situation professionnelle, la même source a démontré que plus de 55,82% sont sans emploi, 35,16% sont des travailleurs et que seulement 9,02% des toxicomanes bénéficiaires d’une prise en charge médicale et thérapeutique durant cette même période de référence sont des étudiants.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*