Infos
Accueil » Chronique » Point de Vue: Des alliances à renouer, D’autres à dénouer

Point de Vue: Des alliances à renouer, D’autres à dénouer

Qui serait ce gars se prenant pour un intelligent, voulant comprendre les mystères de la politique algérienne. La carte politique nationale est constamment prête à être reconstituée selon les renouements et dénouements des alliances. Aujourd’hui, c’est un ami voire un allié pour le meilleur et pour le pire. Demain qui sait? Cela serait un ennemi de la pire espèce du régime et par conséquent de l’Algérie. Le constant et le variable sont désormais clairs et nets. Les partis au pouvoir et du pouvoir sont connus. Ils se partagent les centres de décision et l’avenir du pays avec. D’autres partis de moindre importance, mais ils ont quand même, une certaine assise populaire. Je veux bien insinuer par là, des formations politiques comme le HMS, le PT, le RCD et bientôt le FFS. Ce dernier par exemple et suite à la disparition de son leader et fondateur, les successeurs du zaim ont vu juste d’en finir avec le radicalisme du défunt leader. Ils commencent à se reprocher progressivement et sans s’attirer les regards des centres de décision. Les principes ne font pas manger du pain. Quant au HSM, il réagit selon les leaders qui conduisent la caravane. Quand Soltani, que l’on dit très proche des cercles et des services, était à la tête de cet héritage du Cheikh Nahnah, le Mouvement s’est retrouvé du jour au lendemain devenu un parti du pouvoir par excellence, sans être vraiment au pouvoir. Autrement dit, il est au service du pouvoir en gagnant en contrepartie quelques avantages. Des postes ministériels, quelques fonctions et bien sûr des privilèges pour les chefs surtout. Il aurait fallu des luttes intestines acharnées de la part de la fraction anti-pouvoir pour éloigner Soltani de la direction du parti et par conséquence éloigner ce dernier de l’emprise du pouvoir. Pour les autres partis que l’on dit «islamistes»: ils n’ont pas encore réussi à dépasser l’âge des combines, des complots du sérail et des sécessions au quotidien. Y aurait –il chez ces formations politiques une crise de leadership? Pour Hanoune, elle a, semble-t-il, trouver la place qu’il lui faut dans l’échiquier. C’est fini la lutte d’antan, pour la cause des travailleurs et le socialisme trotskiste. Hier anti-bourgeoise dans le sang. Aujourd’hui, elle-même bourgeoise de premier choix. Il suffit d’épouser les thèses des gens d’en haut tout en faisant semblant de faire un simulacre d’opposition de temps en temps. L’opposition ne paie pas, au contraire, elle tracasse la tête pour rien. Pour le RCD, je crois et si je ne me trompe pas, qu’il aurait eu une mission à accomplir dans un moment décisif de l’Histoire du pays. Il est –à mon avis- tombé en désuétude. Regardez la date d’expiration.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*