Accueil » Actualité » Pour élire la nouvelle APN: Plus de 23 millions d’électeurs appelés aux urnes

Pour élire la nouvelle APN: Plus de 23 millions d’électeurs appelés aux urnes

La course tire à sa fin. Tous pour une participation massive lors des législatives. C’est néanmoins le mot d’ordre chez les citoyens jaloux de leur pays. C’est aussi celui de la classe politique en général. Et il n’y a, assurément pas, une meilleure occasion, que ces joutes, pour marquer l’évènement et faire taire les mauvais esprits ! Plus que quelques heures séparent les Algériens au jour des élections législatives du 4 mai. Tout a été concocté et au moindre détail pour garantir le premier scrutin législatif de l’après amendement de la Constitution en février 2016. Conjoncture oblige. Un total de plus de 23 millions d’électrices et d’électeurs sont appelés officiellement à rejoindre les urnes ce jeudi pour élire, dans un climat de tranquillité et dans l’impartialité, leurs représentants à l’Assemblée populaire nationale (APN) pour la prochaine législature de cinq année. Quel que soient les opinions et les tendances politiques, l’essentiel est de marquer l’évènement pour élire les nouveaux représentants du peuple. Il est évident que, de par sa spécificité et la conjoncture du pays qui prévaut, ce scrutin ne ressemble pas forcement aux précédents en ce sens qu’il a mobilisé de grands moyens et des garanties institutionnelles, mis en place par l’Etat pour son bon déroulement. Tout compte fait, ce scrutin dont on dit qu’il risque de capitaliser les radars des observateurs de dame planète, intervient dans un contexte particulier. Il est en effet entouré, pour la première fois, de garanties constitutionnelles de transparence et d’équité. Il devra dans ce sens consolider la stabilité et la paix dont jouit l’Algérie. Côté organisation du scrutin, quelques 500.000 agents encadrant plus de 65.000 centres et bureaux de vote. Ces derniers sont répartis à travers les 48 wilayas du pays et les 4 zones géographiques à l’étranger, sont mobilisés pour ces joutes. Ce rendez-vous électoral d’extrême importance, rappelons-le, verra l’élection de 462 députés, dont 8 représentant la communauté nationale établie à l’étranger. Le ton a, d’ores et déjà, été donné le 29 avril par la communauté algérienne établie à l’étranger. Ils sont, en effet, quelques 955.426 électeurs à voter au sein de cette communauté et dans les zones éparses représentées par les bureaux itinérants a commencé conformément aux dispositions de la loi relative au régime électoral. Dans un message à la nation, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé à l’attachement des citoyennes et des citoyens à l’Algérie pour participer massivement aux élections législatives. Il s’agit ainsi pour le chef de l’Etat de « contribuer la stabilité du pays et la progression de la démocratie ». Le chef de l’Etat n’omet pas de relever que ces élections revêtent une importance accrue, en ce qu’elles se situent dans le sillage d’une « profonde » révision constitutionnelle survenue l’année dernière. Bouteflika relève que ces élections législatives se déroulent dans une conjoncture financière « lourde de défis ». Il a également tenu à exprimer l’engagement de l’Etat à ce que le choix des électrices et des électeurs soit « respecté, libre et en concordance avec leurs convictions politiques ». Le premier magistrat du pays a appelé l’ensemble des agents publics impliqués dans cette opération à faire preuve de « la plus grande impartialité » et à veiller au « strict respect » des dispositions pertinentes de la Loi. Ce qu’il convient de savoir est que ce scrutin législatif du 4 mai sera entouré de nouvelles garanties. En vertu de l’article 194 de la Loi Constitutionnelle du pays, une Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) a été créée pour veiller à la transparence et à la probité des élections, depuis la convocation du corps électoral jusqu’à la proclamation des résultats provisoires du scrutin. La Haute instance est composée de 410 membres dont des magistrats et compétences indépendantes issues de la société civile. La HIISE dispose de larges attributions dont celle de demander au Parquet la réquisition de la force publique ou de le saisir de faits constatés susceptibles de revêtir un caractère pénal. La deuxième garantie est la nouvelle loi relative au régime électoral.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*