Accueil » Actualité » Ils dénoncent les blocages: Les travailleurs de Cevital protestent

Ils dénoncent les blocages: Les travailleurs de Cevital protestent

Les travailleurs du complexe agro-industriel de Cevital ont organisé ce jeudi un sit-in de protestation devant l’entrée de l’usine à Béjaïa, pour dénoncer les «blocages» dont fait l’objet ce groupe du richissime homme d’affaire Issad Rebrab. En effet, ils étaient des centaines de travailleurs à se regrouper, dans l’après-midi d’avant-hier, devant le complexe Cevital de Béjaia pour dénoncer «les blocages du groupe et les entraves administratives à l’investissement et à la création d’emplois à Béjaïa», en pontant du doigt l’Agence nationale de développement des investissements(Andi), accusée d’être à l’origine. Sur les banderoles déployées par les protestataires lors de ce sit-in l’on pouvait lire entre-autres: «Libérez les équipements industriels bloqués» et «Réduire le taux de chômage dans notre région». Selon les cadres de ce groupe que nous avons rencontrés, «le groupe Cevital est ciblé», en nous citant parmi les projets ciblés par les blocages «l’unité de trituration des graines oléagineuses qui va générer pas moins de 500 emplois directs» dont le bateau transportant l’outil de travail, des équipements de dernière génération de Cevital comme certifié par le fournisseur, nécessaire à l’ouverture de cette usine est «bloqué depuis le 26 mars dernier au port de Béjaia». «Cette usine, en sus des emplois à générer, permettra de satisfaire la demande nationale en huile végétale brute et en tourteaux de soja, actuellement importé à 100% par l’Algérie» et «permettra de faire passer l’Algérie du stade d’importateur à celui d’exportateur», nous dirons aussi nos différents interlocuteurs qui dénoncent «les deux poids deux mesures dans la politique du gouvernement concernant le soutien à l’investissement». «Nous avons respecté toutes les procédures pour l’importation des machines et l’usine avait reçu l’autorisation de l’Agence nationale de développement des investissements», apprend-on aussi de l’un des cadres de Cevital présent lors de la manifestation en accusant l’entreprise portuaire de Bejaia (EPB) d’avoir «outrepassée ses prérogatives» en exigeant, dans un courrier adressé le 16 mars 2017 aux responsables de Cevital, «des clarifications” concernant la destination finale des équipements». Tout en informant que Cevital a bel et bien répondu à la demande de l’EPB, nos interlocuteurs s’étonnent du refus, de nouveau, de cette entreprise de l’accostage du bateau par le biais de la commission de placement des navires en nous citant une correspondance adressée le 21 novembre 2016 par l’EPB à l’entreprise nationale Nashco en lui signifiant que «le débarquement de tout colis appartenant au client Cevital doit faire l’objet d’un accord écrit au préalable de l’entreprise portuaire, avec précision du nombre de colis, leur nature, leur volume, le tonnage unitaire et la destination finale”. Pire encore Nashco reçoit «même un avertissement de la part de l’EPB en la somme, “encore une fois” de bien vouloir contacter ses armateurs “à l’effet de ne pas charger ces marchandises avant de disposer de l’accord” et “faute de quoi les colis seront laissés à bord”, nous fait-on encore savoir. «Comment un P-DG d’un port peut-il se permettre de transit qui ne lui est pas rattaché et qui ne dépend aucunement de son entreprise ?», s’interrogent encore les cadres de Cevital, qui dénoncent «un acharnement sans précédent». Signalant que Cevital, après ce refus de l’EPB, a déboursé 20 000 USD de surestaries pour chaque jour de rade du navire, ce dernier interdit d’accoster, a quitté les eaux territoriales algériennes en déchargent les équipements dans un port européen. Rappelons, que le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, lors de son meeting de campagne électorale, tenu mardi dernier à Béjaia, a soutenu clairement Issad Rebrab et son groupe Cevital qu’il considère comme “le plus grand investisseur du continent” et trouve anormal qu’une livraison de matériel soit bloquée au port de Béjaïa. Nous avons pris attache avec la direction du port de Béjaia (EPB) pour en savoir plus sur cette affaire, le préposé à l’information nous renvoi à une conférence de presse qui sera tenue prochainement sans une autre explication concernant cette affaire qui commence à prendre de l’ampleur.

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*