Accueil » Chronique » Point de Vue: Entre classico et Le Pen, qu’irait-on choisir?

Point de Vue: Entre classico et Le Pen, qu’irait-on choisir?

Le classico, un événement majeur en Espagne, en Europe et sur toute la planète. Réussirait-il, de ce fait à détrôner un évènement pas moins grandiose en France, également en Europe et sans suivi avec préoccupation, sur tout le globe terrestre. Celui des présidentielles, faisant l’actualité en France. Ce qui donne la trouille, chez les Européens, c‘est bien une possibilité que la Droite et principalement l’Extrême Droite, s’effrayerait un chemin vers la victoire. L’avenir de l’Europe en dépendra grandement. L’extrême droite fidèle à sa tradition et son discours belliqueux et xénophobe, savait bien investir dans le dossier de l’immigration ayant envahi la France et toute l’Europe. Donc, un discours mettant l’index sur le statut de l’immigré serait le plus écouté et le plus applaudi. Le classico en Espagne sera sans doute suivi et apprécié comme il se doit. Mais en fin, et quelle que soit l’importance, il en restera un jeu, un divertissement, exception faite aux fans du football et des derbys. Pour ces derniers, un classico, particulièrement distingué, c’est lorsque les deux adversaires historiques: Barça – Real, sont en confrontation. Autrement vu: c’est bien, une Castille royale est en duel contre une Catalogne aspirant à la souveraineté. Il y a toujours du politique qui se cache, anguille sous roche, derrière ces jeux apparemment sportifs. Retrouvons maintenant notre sujet, celui de l’effervescence, voire ce séisme «fasciste» qui est en train de secouer les quatre coins de l’Europe. La démocratie occidentale ayant longtemps servi de modèle pour les autres «être humains», le tiers- monde en particulier, serait-elle arrivée à son terme? La source du génie européen aurait-il été tari? Serait–il devenu finalement incapable de répondre aux attentes des citoyens, en ce qui concerne l’épineux dossier de l’immigration, jumelée au phénomène du terrorisme, créant presque quotidiennement l’événement et en laissant à chaque coup mortel des victimes? Les pouvoirs actuels essayent, tout de même de régler le problème, sans pour autant, porter atteinte aux principes de citoyenneté et de démocraties et ………si vous voulez, de philanthropie, auxquels, parait-il, ils croient sincèrement. Le citoyen ordinaire, quant à lui, ne peut plus s’adapter à ce jeu de feu, sans fin visible dans l’horizon. Il ne supporte plus de vivre plus longtemps dans l’anxiété et la psychose. Donc, la solution est chez cette catégorie que l’on désigne de «fachos». Mettre «out» ces contingents d’immigrés, qui ont non seulement, selon eux, réussi à voler le pain de la bouche des citoyens de souche, mais en plus, ils menacent leur sécurité et leur vie.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*