Accueil » Actualité » Couleurs anciennes /Après une vente aux enchères en France: L’Algérie récupère son identité

Couleurs anciennes /Après une vente aux enchères en France: L’Algérie récupère son identité

Voilà une aubaine pour les historiens et écrivains algériens avides de connaître notre histoire longtemps bafouée grâce à cette vente aux enchères en France. Il a été convenu de la vente aux enchères des archives de l’Algérie depuis l’antiquité. Les officiels algériens et plus précisément la tutelle qui est le ministère de la culture ont saisi cette opportunité qui s’offre à l’Algérie pour récupérer son héritage. Selon Hamidou Messaoudi les officiels algériens n’ont eu aucune entrave pour récupérer les archives concernant notre histoire et ce, grâce à cette vente aux enchères qui s’est déroulée à Toulouse dans la capitale française. Il s’agit d’une vraie livraison qui contenait un vrai trésor enfoui et qui dormait dans le bureau de ce commissaire priseur qui avait procédé à la vente aux enchères. Cependant les officiels algériens dont le ministère de la culture, celui des affaires étrangères, des affaires religieuses sans oublier les douanes algériennes, ont sauté sur cette opportunité pour récupérer ce dû qui date depuis des siècles. Selon notre interlocuteur que nous avons rencontré, en marge de cette exposition suivie d’une conférence de presse, Mohamed Iguerb responsable de la filiale événement au niveau de l’Entreprise nationale des arts graphiques, il s’agit de 326 lots contenant plus de 600 livres qui illustrent l’histoire de l’Algérie. Ce qui est étonnant, nous dira-t-il, est que les officiels algériens et responsables quand ils ont été saisis de cette affaire croyaient qu’ils était seuls à participer à cette vente aux enchères. Cependant, des surprises les attendaient dans le bureau de ce commissaire priseur à Toulouse en France où beaucoup d’acheteurs se bousculaient au portillon. On pouvait selon M. Iguerb voir une foule nombreuse constituée en majorité de pieds noirs, de juifs, des bibliothécaires qui exigeaient la récupération immédiate de ces précieux documents de notre histoire. Mais finalement le dû est revenu à l’Algérie et l’Etat algérien n’a ménagé aucun effort pour récupérer ce qui lui appartenait. Qui y a-t-il de si précieux dans ces archives mis en vente aux enchères et qui suscitaient tant d’engouement. Notre interlocuteur nous précise que l’histoire de l’Algérie avait impressionné beaucoup parmi les légionnaires, les révolutionnaires, des expéditionnaires et des scientifiques qui se sont branchés grâce à l’écriture de tout ce qu’il y avait en leur possession y compris les traditions et mode de vie et ce depuis l’Antiquité jusqu’à la colonisation française. Or les questions liées à l’héritage et à la succession que pouvaient contenir ces archives n’ont pu être récupérées par les pieds noirs mais tout le lot est revenu aux Algériens qui étaient sur place pour prendre possession des documents mis en vente. Dans ce listing qui nous a été distribué hier par le directeur de l’entreprise des arts graphiques et ou sont classés les livres et documents anciens acquis lors de cette vente aux enchères, on pouvait trouver toutes sortes de pièces y compris des livres qui traitent sur la ville d’Alger et ses dépendances, sur les ports de l’Algérie, sur l’Algérie française, sur des enquêtes des français en Algérie. Beaucoup de livres parmi les lots récupérés traitaient aussi des voyages à travers le royaume et de la ville d’Alger, le costume musulman Algérois, sans oublier l’histoire de la conquête d’Alger. Enfin ce manuscrit récupéré et où sont classés tous les livres, on trouve notamment un bon nombre de lettres écrites par le Duc d’Orléans de 1825- 1842 et aussi des journaux comme le journal de Charles Nodier sur son voyage de l’expédition des portes de fer et celles algériennes écrites par Jules Oget.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*