Accueil » Actualité » Il accuse le DRAG de Béjaia d’avoir changé la liste du FLN: Le FFS dépose plainte

Il accuse le DRAG de Béjaia d’avoir changé la liste du FLN: Le FFS dépose plainte

Le Front des Forces socialistes FFS a déposé plainte auprès du tribunal administratif contre le directeur de l’administration et des affaires générales (DRAG) de la wilaya de Béjaia pour avoir «changé la liste du FLN après les délais réglementaires». C’est ce que révèle le député du parti, M. Chafaâ Bouaiche, qui est également chef du groupe parlementaire du FFS à l’APN, lors du meeting commémoratif du trentième anniversaire de l’assassinat d’Ali Mécili, en 1987 à Paris. En effet, à la veille du lancement de la campagne électorale pour les législatives de mai prochain, le parti de Hocine Ait Ahmed accuse l’administration d’avoir piétiné sur la loi accusant ouvertement les services de la DRAG de Béjaïa d’avoir permis au FLN de changer sa liste électorale après les délais réglementaires. «Le DRAG de Béjaïa a bel et bien changé la liste du FLN», dira le chef du groupe parlementaire qui affirme détenir des preuves sur ces accusations graves et pour les cadres du FFS «le candidat originaire de Kherrata a été retiré de la liste FLN et a été remplacé par un autre et la classification des candidats sur cette liste a été aussi changée après les délais». «Les auteurs de cette fraude ont donné de l’argent au DRAG pour obtenir ce changement», accuse encore le chef du groupe parlementaire du FFS et également tête de liste du parti pour les législatives prochaines qui rappelle que «la fraude a eu lieu aussi en 2012». D’après l’orateur, lors des législatives de 2012, les services de la wilaya auraient trituré les résultats en donnant un taux de 7% au RND, ce qui lui a permis d’obtenir deux sièges». Par ailleurs, le chef du groupe parlementaire du FFS a justifié le choix de son parti de participer aux élections législatives par la volonté «de faire barrage aux opportunistes et à la mafia». Abondant dans le même sens, il a appelé la population à ne pas «reconduire ceux qui ont voté la loi de finance antisociale». Concernant les chances du parti cher au défunt Hocine Aït Ahmed dans les prochaines joutes électorales, le directeur de campagne. Tout en misant sur «une majorité absolue» pour son parti lors des prochaines élections législatives, M. Bouaiche appelle pour la circonstance à faire barrage «aux opportunistes et à la mafia» et ceux qui ont «voté la loi de finance antisociale» à l’Assemblée populaire nationale. Présent lors de ce meeting de commémoration, Ali Laskri, membre de l’instance présidentielle du FFS, a pour sa part appelé les citoyens à aller voter massivement pour «faire barrage à la fraude», et réitérant les vœux de son partir d’assoir les soubassements «une deuxième République par une lutte pacifique». Ali Laskri joue ainsi sur la mémoire d’Ali Mécili mais aussi, et surtout, sur celle d’Aït Ahmed pour tenter de convaincre l’assistance de la nécessité d’aller voter FFS lors de ces législatives. Il rappelle dans ce sillage que le FFS lutte pour les libertés, les droits de l’Homme et la démocratie. Pour ce responsable du FFS il n’aura aucune sortie de crise possible «sans la reconstruction du consensus national» en disant au front de la lutte «contre la corruption et toute forme de dilapidation des biens et des deniers publics».

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*