Accueil » Actualité » Médias publics-médias privés: «Il n’existe aucune discrimination»

Médias publics-médias privés: «Il n’existe aucune discrimination»

Le deuxième a trait à la ligne éditoriale. Ainsi, le rôle des médias est quasiment mis en exergue par le ministre de la Communication. Il en découle que la couverture médiatique des prochaines élections législatives du 4 mai est un élément, somme toute, essentiel de la «crédibilité» de ces joutes. Souvent, on entend ici et là dans certains rouages des professionnels des médias qu’il existe une discrimination entre le secteur médiatique public et celui privé. Chose que dément formellement le ministre de la Communication, Hamid Grine. Il insiste sur l’existence d’une «ligne éditoriale» pour couvrir cet évènement. La couverture médiatique des prestigieuses élections sera «équitable», a-t-il laissé entendre, voulant certainement rectifier le tir. Il apportera ainsi jeudi, depuis Sétif, un désaveu au sujet de l’existence d’une quelconque «discrimination» entre les médias publics et privés. Une charte a été élaborée par le ministère de la Communication concernant la répartition des chances et d’équité dans la couverture médiatique des législatives. Mais pas seulement, le ministre affirme que les médias doivent sensibiliser les électeurs. Ils ne doivent pas, non plus, décrédibiliser cet évènement majeur dans la vie politique du pays. Le ministre s’exprimait au cours d’une allocution, à l’ouverture des travaux de la conférence nationale des cadres de la radio nationale, en présence des représentants des organes de presse et des directeurs des radios locales. Le ministre indiquera que son Département a ciblé aussi bien les médias publics que privés par la charte devant assurer une couverture médiatique éthique et équitable des prochaines élections législatives. Selon la charte, la couverture médiatique des législatives du 4 mai prochain nécessite le suivi d’une ligne éditoriale équitable, impartiale et objective et un sens aigu des responsabilités. Aussi, les médias sont tenus de veiller à la sensibilisation des électeurs sur l’exercice de leur droit de vote. Ils ne doivent en aucun cas œuvrer à décrédibiliser les élections. Les médias nationaux sont appelés à faire montre «de professionnalisme, d’équité et de transparence», lors de la couverture des prochaines élections législatives, a encore ajouté le ministre rappelant que «l’Algérie est au-dessus de tous». Grine a également insisté sur l’importance de garantir le principe «d’égalité des chances» pour l’ensemble des partis durant la campagne électorale. Le choix de la radio pour le lancement de cette série de rencontres de préparation des prochaines élections «n’est pas fortuit», a indiqué le ministre. Il notera que la radio représente «le plus grand groupement médiatique en Algérie avec 900 journalistes mobilisés sur le terrain et la diffusion quotidienne de 600 spots publicitaires sur les élections législatives». «Ceci donne à la radio un poids élevé lors de cet important rendez-vous national favorisé par la souplesse, le dynamisme et la large diffusion propres à ce média», a encore relevé le ministre. «Le vote est à la fois un droit et un devoir et les Algériens doivent faire entendre leur voix pour le bien et la stabilité du pays», a affirmé le ministre. Grine a ajouté que la fin 2017 verra l’élection de l’autorité de régulation de la presse écrite après la délivrance de 4.600 cartes de journaliste professionnel. La rencontre a abordé la sensibilisation à la participation aux élections, la couverture des élections notamment parmi la communauté algérienne établie à l’étranger et la coordination entre les radios lors de la journée du scrutin.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*