Accueil » Chronique » Point de Vue: Importer n’importe quoi, n’importe comment

Point de Vue: Importer n’importe quoi, n’importe comment

L’import–export est un monde à part entière, avec ses règles, ses us et ses coutumes, mais également, ses hommes et ses clans. En plus de ça, ses rouages et ses aspects occultes, difficiles à repérer à l’oeil nu. C‘est d’ailleurs la raison pour laquelle cette «spécialité» n’est pas du tout accessible à tout le monde. Si vous voulez, elle serait réservée à une élite «d’initiés». Vis-à-vis de la loi, c’est le secteur où pratiquement, les pires des infractions sont commises et les pires des atteintes aux règlements sont parfois négligées. Avec le secteur des BTP, l’import–export constitue un des secteurs économiques où la magouille se fait entendre de loin … C’est également le créneau où le fric est, évidemment, ramassé à la pelle. De cette constante, cette «zone interdite» est un champ d’équitation pour les pots de vin, les passe-droits et autres… Cette situation macabre a fait en sorte qu’un «quelque chose» portant l’attribut d’importateur pouvait même importer, ce qu’il veut et quand il veut, pourvu qu’il soit bien conscient, voire perspicace, de ce qu’il faut faire pour ne pas être inquiété au cours d’acheminement. Par ces comportements, l’Algérie est devenue un dépotoir pour la pacotille, venant des quatre coins du monde. Elle est devenue un fourre-tout, pourvu que l’on s’acquitte de ses droits douaniers et bien sûr «sous douaniers». Il n’est donc pas ahurissant que l’on trouve partout, exposés, parfois des bas prix, cette camelote venant massacrer la production nationale. Cette dernière qui devrait normalement être protégée et encouragée, pour qu’elle se fasse une place respectable sur les marchés nationaux et internationaux, est au contraire anéantie et découragée par ceux cherchant le gain facile. Par qui? Par ces groupuscules se faisant passer pour des importateurs. Je ne suis personnellement guère contre un régime d’importation, respectant les lois et les règlements. Un régime ne portant pas préjudice à la production nationale, c’est-à-dire au service de l’économie nationale et non le contraire, tel qu’il est malheureusement constaté sur le tas. L’espace qui m’a été accordé, ne me permet nullement d’étaler toutes les anecdotes ornant l’histoire de l’import-export depuis qu’il a été libéralisé, avec la politique et la culture, il y a plus d’un quart de siècle. Les scandales se comptent par dizaines, ceux révélés par la presse, alors sans parler des autres histoires occultées, mortes et enterrées sur place. De toute façon, le secteur de l’import–export ne saurait être préservé du sort qui a eu raison des autres secteurs de l’économie nationale. Une épidémie ayant tout ravagé dans son chemin… Le virus pc… C’est-à-dire, le passe-droit et la corruption…
alkaderde62@yahoo.fr

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*