Accueil » Actualité » Abdelwahab Derbal à la rédaction de la chaîne 3: «Nous ne nous laisserons pas influencer»

Abdelwahab Derbal à la rédaction de la chaîne 3: «Nous ne nous laisserons pas influencer»

Sitôt nommé par le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika, le président de la Haute Instance de surveillance des élections législatives M Abdelwahab Derbal, passe vite en besogne. Il trace certaines lignes rouges à ne pas franchir. Pas seulement, son «Instance» a, d’ores et déjà, été destinataire de cas de fraude sur la collecte de signature de candidats. La décision d’assainir le fichier des électeurs pour parer entre autres au problème des doubles inscriptions, selon certains observateurs, s’inscrit également dans cette logique de transparence de l’opération électorale s’agissant particulièrement des législatives du 4 mai. Derbal souligne implicitement que la crédibilité des prochaines législatives est l’affaire de tous. Il semble nullement impressionné par une quelconque autorité ni par un parti politique. Il le dit haut et fort et sans ambages aucuns. A l’effet d’assurer la transparence et la crédibilité des prochaines joutes électorales, la Haute Instance de surveillance des élections législatives n’entend pas se laisser influencer, ni par une quelconque autorité, ni par un parti politique, comme l’atteste d’ailleurs son président, M.Abdelwahab Derbal. Ce dernier s’est voulu pragmatique lors de l’émission L’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio Algérienne. Visiblement, la Haute Instance n’a pas attendu les prochaines élections pour agir. Elle est passée à une action qui répond à une stratégie préventive mais qui n’exclut pas toutefois le recours à la justice selon la gravité des cas soulevés. Son président qui semble insister sur la rigueur et la discipline quand il s’agit d’un processus électoral, signale à cet effet, qu’après l’installation de la Haute Instance de surveillance des élections législatives et les mesures que celle-ci a entreprises pour assainir le fichier électoral, la Haute instance a été confrontée à quelques cas de fraudes relatives à la collecte de signatures nécessaires à un candidat pour être éligible. Il précise dans ce registre que les auteurs de ces fraudes et ceux impliqués dans le marchandage de candidatures ont pu finalement être débusqués, présentés à la justice et incarcérés. M. Derbal souligne que la crédibilité des prochaines élections n’est pas du seul ressort de la structure qu’il préside mais qu’elle relève, aussi, du gouvernement, des partis politiques, de la société civile et des médias. «En ce qui nous concerne, déclare-t-il, nous allons assurer la propreté des élections, en appliquant la loi et en faisant barrage à tous ceux qui chercheraient à être élus en usant de tous les moyens». Il réaffirme l’engagement de la Haute instance à défendre le «choix des électeurs», en veillant à protéger la «transparence des urnes». M. Derbal avoue qu’au vu des expériences vécues «durant plusieurs années», on ne peut changer «toutes les choses à la fois». Interrogé de savoir si l’instance qu’il préside a bénéficié des moyens propres à mener sa mission à bon port, il répond laconique qu’elle a «peu de moyens, pas tous les moyens». Il assure, cependant, qu’elle entend, malgré tout rester «indépendante» dans ses actions.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*