Accueil » Chronique » Point de Vue: Législatives! La ruée vers l’or

Point de Vue: Législatives! La ruée vers l’or

L’Algérie se prépare ardemment déjà pour les prochaines élections législatives. Tout le pays est à cheval, parties politiques, administration, citoyens aux ambitions politiques, se sont mis à l’œuvre. Les glas de la course aux sièges du Parlement retentissent de loin. L’on est à quelques semaines d’un autre grand rendez-vous politique, évidemment historique, de la jeune République. A constater par exemple, cette ruée effrénée pour la candidature, que ce soit par le truchement des partis politiques ou à titre de candidature libre, l’on s’aperçoit déjà cet engouement pour s’effrayer un chemin vers la Chambre basse du Parlement. Voudrait–on sérieusement tenter cette aventure, dans un but sincère de servir le pays et les intérêts de la nation, ou bien – pour être plus franc – servir ses propres intérêts? C’est ça la question pertinente, que l’on ne cesse pas, d’ailleurs de se la poser. Y aurait-il une Assemblée ou un Parlement selon les normes en vogue ou bien devrait-il s’agir d’une farce politique, visant avant tout, à mettre en place, quelque chose qui va ressembler à quelque chose que l’on va s’efforcer à croire, qu’il s’agit bel et bien, d’une APN authentique et pas un simulacre. Une authentique APN, c’est avant tout, une ‘force’ institutionnelle dont les missions et les prérogatives sont clairement définies et sans équivoque, énumérées, noir sur blanc dans la Constitution. L’efficacité décisionnelle d’une Assemblée élue en bonne et due forme est l’unique ligne de démarcation, entre une Institution réelle répondant aux attentes politiques de la Nation, parce que finalement, elle en est censé représenter les membres de la Nation ou bien il va s’agir tout bonnement d’une parodie burlesque, à l’instar de quelques partis politiques, entrant en léthargie pendant toute l’année et ne se ravivant qu’en ces moments «décisifs» du partage de la tarte. L’on met sur pied des Institutions, parce que l’Etat moderne est, avant tout, un Etat Institutionnel, c’est-à-dire géré par des Institutions élues et non des Instituions décoratives, juste en vue de se donner l’impression à soi et autres que le peuple gère librement son Etat par le biais d’Institutions représentatives élues par lui. Je ne crois pas, que cet engouement, pour se faire élire à l’APN, serait motivé par un désir de servir le pays et le peuple ainsi que veiller aux préoccupations des citoyens électeurs… Qui sont les députés d’Oran, où se trouvent leurs bureaux pour recevoir les doléances des citoyens, qu’est-ce qu’ils ont fait ou donné, tout au long du mandat qui est sur le point d’expirer ? La réponse, c’est rien…

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*