Infos
Accueil » Chronique » Point de Vue: Visions chroniques

Point de Vue: Visions chroniques

A quel pays voudriez-vous faire ressembler votre pays? A la Suisse? La Suisse est la quintessence du développement capitaliste: le haut lieu de la finance mondiale et c’est de là que s’envolent les désirs d’expansions capitalistes. Le repaire « civilisé » des fonds détournés des pays sous gouvernés, sous développés, sous cultivés et…. sans le sou. Ce n’est pas le bon exemple la Suisse, une ressemblance à éviter. L’exemple à suivre, c’est celui qu’on doit donner ici même par une éthique, par l’amour du pays, par l’abnégation, par l’amour de la liberté, par le désintéressement à l’argent comme valeur/repère, par le retour aux valeurs simples de nos aïeux tant religieuses que relationnelles. Nos aïeux cultivaient des petites parcelles de terrain et s’en sortaient très bien…Il y avait la misère de ceux qui nous spoliaient de nos biens mais les gens vivaient par la force de leur labeur. Voilà le seul exemple à suivre. Aujourd’hui, serions-nous un peuple «affamable» comme disait l’autre, «colonisable»? Sinon, nous avions tout ce qu’il fallait pour démarrer une vie nouvelle mais entre le couple gouvernés/gouvernants, serais-ce le début d’une longue procédure de divorce douloureuse? (Que signifie divorce alors dans ce cas, révolte, révolution…printemps? Cela reste imperceptible, floue, changer quoi pour le remettre entre les mains de qui?) Toute réconciliation serait-elle vaine sans ces deux éléments s’ils ne sont pas mis en exergue: concertation et concession à savoir démocratie et application de la loi? A vrai dire, personne n’a tous les éléments nécessaires pour porter une analyse lucide sur ça, cela dure depuis si longtemps, ces fermetures, ces semblants d’ouvertures, ces hégémonies qui se cachent derrière des légitimations différentes devant leur désir d’accéder au pouvoir ou d’y rester contre vent et marrée. Ce que veut vox-populi, et cela ne dément jamais, que l’on fasse un peu le ménage, que l’on déblaye un peu devant la porte du développement, là où s’amoncelle les débris, les déchets laissés par l’affairisme, la gabegie, les entraves idéologiques, l’école qui souffre d’obésité chronique… Elle s’essouffle sur les sentiers pentus de la modernité. La Suisse, ce n’est pas un bon exemple à suivre, ce qu’il faut suivre, c’est ce pays où tout le monde peinait pour assurer sa survie mais dans un esprit de solidarité qui ne dément jamais qu’on soit au Nord ou au Sud. Ce pays tellement privé de lui-même par des conquêtes où on voulait absolument se l’approprier, le prendre, le voler, le garder parce qu’il était tellement beau, tellement immense, sous son beau ciel bleu et ce soleil, cette lumière… Mon Dieu!!!. Pour les Miss Pays, la Suisse est loin derrière l’Algérie. Nous avons la chance historique de n’avoir personne pour vouloir le garder à lui seul, maintenant, nous sommes seuls entre nous, plus de conquérants, libres… Mais l’esclave peut-il se libérer du réflexe d’être toujours sous la tutelle du maître, s’il ne fait rien pour s’en débarrasser? Son inconscient ne réclame-t-il pas de nouveaux maîtres, et pour s’en libérer, ne faut-il pas qu’il aille sur le divan de la démocratie?

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*