Accueil » Oran » Moutons de l’Aïd Al Adha 2020 : La baisse des prix se confirme

Moutons de l’Aïd Al Adha 2020 : La baisse des prix se confirme

L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage pour l’Aid Al Adha est abondante au niveau national. La demande, elle, n’est pas au rendez-vous cette année, ce qui engendre une baisse des prix dans les souks. On parle de quantités suffisantes pour accomplir le sacrifice, pour le compte de cette année qui s’annonce des plus ardues aussi bien pour les acheteurs que les vendeurs. L’offre est donc au même niveau que l’année dernière, contrairement à la demande, qui est en baisse, ainsi que les prix des moutons. Comme le montrent les vidéos circulant dans les pages facebook, des différentes souks érigés à l’occasion à travers les quatre coins du territoire du pays, des bêtes de taille relativement grande sont vendues à peine à 35 000 Da, voire moins, des prix relativement bas par rapport à l’année passée. Cette baisse se confirme à l’Approche de l’Aïd, prévu le 31 juillet, selon le calcul astronomique. « Selon nos estimations, les prix vont être bas pour les grands moutons, mais resteront stables pour les petits moutons, qui sont le plus demandés dans le contexte actuel’’, affirme un vendeur au souk de fortune érigé à El Hassi.
Cette situation s’explique par deux principales raisons, la première est relative au pouvoir d’achat des citoyens, qui est moins bon par rapport à la même période de l’année passée, en raison du covid-19″. En effet, de nombreuses personnes ont été lourdement touchées par la crise, dont certaines ont perdu leurs emplois. D’une autre part, les Algériens résidant à l’étranger ne seront pas nombreux durant la période de l’Aid 2020. Environ un million de familles avaient rallongé leurs vacances en 2019 pour passer l’Aid Al Adha au pays, ce qui avait joué sur les prix », ajoute notre interlocuteur. « L’offre est donc au même niveau que l’année dernière, mais avec moins d’acheteurs. » Ces constats nous ont également été confirmés par un éleveur dans la ville de Gdyel, spécialisée dans la vente du mouton. « Cette année, ne sera pas comme les autres. La vente va diminuer et nous risquons d’observer des pertes’’, dira l’éleveur. Enfin, Il faut dire que les nombreuses mesures mises en place dans les souks par les ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur, pour éviter la propagation du virus, n’arrangent pas les choses, et dissuadent les gens de s’y rendre.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*