Accueil » Régions » Tiaret : Grogne des syndicalistes d’Algérie télécoms

Tiaret : Grogne des syndicalistes d’Algérie télécoms

Grosse colère ce mardi devant le siège de l’union de wilaya UGTA en face de la place rouge qui ne rugit plus. Et pour cause, les représentants syndicaux d’Algérie télécoms viennent de briser ce modus vivendi entre l’union de wilaya et sa base, mécontents de l’issue que voulaient entreprendre les membres de l’union de wilaya UGTA et son secrétaire général, s’agissant de l’élection de délégués à la conférence nationale de cette entité publique. Ils n’ont pas lésiné sur les mots pour décrire «la volonté du secrétaire général et de son chargé de l’organique d’imposer un de leurs protégés» qui n’est autre que le représentant syndical d’Algérie télécoms évincé en marge d’une grosse contestation tenue il y a quelques mois devant l’UOT Tiaret. Hier, les cadres syndicaux qui disaient «ne pas comprendre cette approche visant à les faire admettre le fait accompli ont carrément «refusé de souscrire à l’opération» et sont sortis sur l’esplanade de la place rouge raconter leurs déboires devant les caméras des représentants de la presse nationale et même ceux des réseaux sociaux. Dans un long communiqué adressé au secrétaire général de la centrale syndicale, sanctionnant ce bras de fer, les 12 des 15 membres présents fustigent en des termes peu amènes la gestion privée du syndicat à Tiaret». Les signataires qui font savoir qu’« ils ont été invités à la rencontre par fax parvenu à la direction moins d’une heure avant et, bien que certains cadres syndicaux de régions éloignées n’ont pu venir du fait de l’éloignement, nous avons buté sur le refus du chargé de l’organique de nous remettre la lettre de la centrale syndicale et qui plus est, s’entêtait à nous intimer l’ordre de n’élire qu’un seul délégué car le deuxième ils allaient le confier à leur protégé». Devant notre refus, le chargé de l’organique quitta le siège et nous sommes restés jusqu’à l’arrivée du secrétaire général qui, à son tour, manifesta de l’animosité en nous réitérons ce que son organique avait tenu comme propos». Les représentants syndicaux qui savent que «le mandat du syndicat d’entreprise a expiré ne voudraient pas de ce fait accompli» et disent dans leur rapport qu’«ils refusent ce diktat et s’en remettent au secrétaire général de la centrale syndicale». Dans sa réponse à notre sollicitation, monsieur Abdelkader Khaldi explique qu’«il n’a rien à voir avec cette opération», qu’«il n’a aucun penchant pour quiconque» et que lui aussi «venait de rédiger un rapport au secrétaire général de l’UGTA». Monsieur Labatcha dont les syndicalistes d’AT fondent de gros espoirs les entendra-t-il ?

À propos K.E.G

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*