Accueil » Chronique » Point de Vue : Ruée sur les postes

Point de Vue : Ruée sur les postes

Les épidémies, les guerres, les famines et les grands conflits sociaux créèrent ce genre de panique et de stress, parmi les populations…Donc, les gens plongent dans une situation d’insécurité totale. L’on ne prévoit que les mauvais augures. C’est, toujours, la fin qui s’approche. Que faire, hormis, passer son temps et épuiser sa pensée dans les mesures à prendre, pour ne pas tomber dans le besoin. Après la mort, c’est la peur d’avoir faim et d’avoir soif… C’est ce qui explique ces ruées sur les postes et les banques…un comportement, propre à un état de guerre qui finira par épuiser ces institutions financières. En contrepartie, il n y aurait, sûrement, pas des gens qui vont penser à déposer leur argent dans les banques ou à la poste. Et, les conséquences logiques, ce sont le manque de liquidités que nous vivons, actuellement. L’on ne trouve pas de quoi payer les fonctionnaires… A plusieurs reprises, les pouvoirs publics pensaient à faire recours à la planche à billets, afin de remédier à cette saignée. Peut-être, qu’ils ont en fait, déjà, recours en optant au stratagème d’émettre de nouveaux billets marquant l’entrée dans l’ère de la nouvelle République. Des billets portant les photos des héros nationalistes de l’Algérie combattante, au lieu de billets portant les images des animaux. Il n’est, donc, pas exclu que l’Etat se trouve en situation difficile face à ce genre de cas qui vient ajouter le carburant à l’incendie. Ce genre de comportements irresponsables, mais tout à fait logiques, dans ce genre de circonstances face auxquels, l’on ne peut rien, et qui viennent s’ajouter au Coronavirus et ses impacts négatifs sur la santé, les vies des citoyens, notamment sur les aspects socioéconomiques du pays. C’est une crise multidimensionnelle créée par une pandémie et les gens par leur manque d’expériences en la matière et leur ignorance participent, sans qu’ils en prennent conscience, à rendre des grands services au Covid-19, contre lequel, ils pensent, naïvement, qu’ils sont en train de lutter. Que les gens vident les postes et les banques de leurs liquidités, en période de crises aiguës, par manque de confiance dans les circonstances, c’est tout à fait, normal…Comme l’ont toujours fait leurs hauts responsables, pendant les périodes des vaches grasses. Lors de grands retraits, qui se font aux bureaux de poste, ce n’est qu’un aspect parmi cent autres qui caractérise cette période exceptionnelle de grande crise. L’on constate déjà, dans toutes les sociétés du monde où un virus microscopique règne en maître absolu, les hécatombes qu’il avait laissées, là où il passe.

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*