Accueil » Chronique » Point de Vue : L’alerte de l’OMS !

Point de Vue : L’alerte de l’OMS !

Le monde ne va pas revenir à l’«ancienne normalité dans un avenir prévisible» a estimé, ce lundi 13 juillet, l’OMS au lendemain d’une journée record de 230 000 nouveaux cas de coronavirus. L’Amérique latine et les Caraïbes sont devenues lundi la deuxième région la plus touchée au monde par la pandémie, derrière l’Europe, avec plus de 144.760 décès officiellement recensés. Elle dépasse ainsi les bilans des Etats-Unis et du Canada avec plus de 144.000 morts. Le Brésil est le pays le plus endeuillé de la région et dénombre à lui seul 72.100 décès, suivi du Mexique qui comptabilise plus de 35.000 morts. Pour l’OMS, « le virus reste l’ennemi public numéro un, mais les actions de nombreux gouvernements et personnes ne reflètent pas cela». Il a estimé que « trop de pays vont dans la mauvaise direction ». « Les messages contradictoires des dirigeants sapent l’ingrédient le plus essentiel de toute réponse: la confiance », a-t-il ajouté, sans citer leurs noms. Le monde ne va pas revenir à l’«ancienne normalité dans un avenir prévisible», a assuré l’OMS. Le chef de l’OMS a une fois de plus appelé les gouvernements à communiquer clairement avec leurs citoyens et à mettre en place une stratégie globale visant à supprimer la transmission et à sauver des vies, tout en demandant aux populations de suivre les multiples gestes barrières, comme respecter la distance, se laver les mains et porter un masque, et de s’isoler s’ils étaient malades. L’OMS a osé dire la « vérité » aux citoyens du Monde, soit que le retour à l’ancienne vie ne serait pas pour demain tant qu’il n’y aura pas de médicament ou vaccin.
Le virus tuera encore et davantage tant que le citoyen ne s’habituera pas aux respects des mesures sanitaires. Les politiques, que ce soit des pays riches ou des pays pauvres, sont dans l’obligation d’élaborer des stratégies de lutte contre cette pandémie en agissant pour éviter toute forme de transmission. L’OMS a eu le courage de désigner du doigt les discours des dirigeants politiques qui ne sont pas « cohérents » avec la lutte contre ce maudit virus. Si les politiques décidaient de communiquer et de travailler avec les scientifiques et experts, la pandémie sera vaincue. Selon l’OMS et en l’absence d’un médicament ou d’un vaccin, nous n’avons pas autre chose que nous prémunir et de respecter les mesures sanitaires.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*