Accueil » Actualité » Fréquentation des plages par les citoyens : Le Pr Karima Achour plaide pour la levée des entraves

Fréquentation des plages par les citoyens : Le Pr Karima Achour plaide pour la levée des entraves

Le Pr Karima Achour, chef de service chirurgico- Thoracique au
niveau du CHU de Bab El Oued à Alger, jette un pavé dans la marre par interpeller les deux corps de sécurité et les responsables locaux dont les walis et walis délégués, à lever les entraves pour permettre aux citoyens de profiter des avantages tels que les plages par les exhorter au durcissement de ton concernant le strict respect des mesures sanitaires que sont la distanciation sociale et le port des masques. Selon elle, il est demandé d’aller vers l’élaboration d’un plan vigilant par tracer un vrai programme et une feuille de route sur les plages en obligeant et instaurant un périmètre pour chaque famille. Selon notre interlocutrice que nous avons jointe hier, le ton est plutôt à l’apaisement pour ce professeur qui, à court terme, incite à plus de vigilance par les Algériens des mesures sanitaires pour éviter la propagation de la pandémie du Covid 19. Selon son cri de désespoir, il ne sert à rien de pénaliser les gens par leur interdira l’accès aux plages en ce début de la saison d’été synonyme de plage, de soleil, d’évasion et de repos et fuite des aléas du quotidien. Certes, poursuit notre interlocutrice, « nous sommes en couvre feu mais non pas en Confinement ». Après un long plaidoyer pour la levée des entraves pour permettre l’accès aux plages, le Pr Achour interpelle les deux corps de sécurité que sont la gendarmerie nationales et la police à orienter leurs vigilances vers les plus récalcitrants concernant le non respect des règles que sont le port de masque ou bavette et la distanciation sociale dans les agglomérations et les villes. L’inconscience a régné au sein d’une population qui a vite fait de crier sa victoire sur le coronavirus par faire fi des règles élémentaires et des consignes de distanciation sociale et port du masque, surtout dans les bureaux de postes, dans les boucheries-charcuteries, alimentation générale et supérettes, des pizzerias et restaurants. Le Pr Karima Achour souhaite, dans ce cri de désespoir, que cessent les harcèlements sur les automobilistes sur les autoroutes concernant le port de bavette et masque. Elle conseille plutôt les concernés à instaurer des mesures de pénalisation par verbaliser les comportements irresponsables de non respect des règles élémentaires par une somme symbolique de 1000 Da comme sanctions pour effraction à ces mesures élémentaires. Sur un autre plan, elle fustige l’attitude des policiers et gendarmes sur les routes pour le contrôle du port de bavettes et masques par les usagers de la route. Pour elle, il faut arrêter de surveiller les automobilistes et les travailleurs sur les routes pour le fallacieux prétexte de port du masque et les excès de vitesse. Notre interlocutrice renchérit qu’il faut, inéluctablement, orienter la vigilance plutôt vers les quartiers surpeuplés en ces périodes de couvre feu par changer leurs fusils d’épaule en direction des citoyens surpris en pleine effraction de non port de masque ou de bavette au niveau des quartiers, dans les supérettes, les restaurants de la cote ouest, les boucheries charcuteries entre autres. En ces journées caniculaires qui ont caractérisé le début du mois de juillet, le Pr Karima Achour chef de service de chirurgie thoracique du CHU de Bab El Oued, vient de lancer un SOS en direction des responsables locaux de faire dans la souplesse par autoriser les citoyens à la fréquentation des plages. Jointe hier par téléphone, notre interlocutrice s’interrogé sur l’abus de pouvoir exercé par certains services de sécurité et par les walis et walis délégués, d’interdire l’accès des plages aux citoyens, une manière de mieux de confiner mais évidemment avec le strict respect des mesures préventives que sont la distanciation sociale et le port de bavette. Loin de faire dans l’alarmisme et contrairement aux idées préconçues sur la propagation de la pandémie du Covid 19, le Pr Achour plaide pour la promiscuité en ce début du mois de juillet qui coïncide avec la saison estivale ou les Algériens prennent d’assaut les plages pour vivre pleinement l’été et profiter des baignades et du soleil et des plages. Le Pr Karima Achour exhorte les responsables locaux et les deux corps de sécurité que sont la GN et la police à plus de collaboration par éviter de verser dans les abus de pouvoirs contre les estivants qui se dirigent vers les plages. Selon elle, notre pays jouit de 1200 km de littoral d’ou l’impérative nécessité d’aller vers l’évasion en ce début du mois de juillet. Cependant, la chef de service du service chirurgie thoracique du CHU de Bab El Oued d’Alger et dans cet entretien express qu’elle nous a livré, rassure que la situation concernant le coronavirus qui continue de faire chaque jour des nouveaux cas jugés positifs n’est pas au « rouge » c’est à dire pas d’alerte rouge mais selon son expression le risque est omniprésent et la situation est à « l’orange », cela suppose que l’hôpital sus cité continue de recevoir des malades.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*