Accueil » Actualité » Tribunal de Sidi M’hamed Alger : De lourdes peines contre Bouchouareb, Ouyahia, Sellal et Ghoul

Tribunal de Sidi M’hamed Alger : De lourdes peines contre Bouchouareb, Ouyahia, Sellal et Ghoul

Le tribunal de Sidi M’Hamed d’Alger vient de rendre son verdict
dans des affaires de corruptions impliquant l’ex patron des patron et l’ex président du Forum des chefs d’entreprises Ali Haddad. Ils ont notamment impliqués des ex premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, l’ex ministre de l’industrie Abdesselem Bouchouareb et l’ex ministre des travaux publics du transport Ammar Ghoul. Ainsi Ali Haddad vient d’être condamné à une lourde peine de 18 ans de prison fermes assortis d’une amende de 08 millions de Da. Méziane Haddad a été condamné à 04 ans de prison et à une amende de 08 millions de dinars. Les autres 03 frères Haddad ont été condamnés tous à la même peine, soit 04 ans de prison fermes et une amende de 8.000 Da pour Omar Haddad, Mohamed Haddad et Rebbouh Haddad. Le même tribunal a condamné l’ex premier ministre de l’industrie en fuite à une peine de 20 ans de prison fermes avec le maintien du mandat d’arrêt international. L’ex premier ministre Ahmed Ouyahia s’est vu notifié lors de cette audience, une peine de 12 années de prison fermes et une amende de 01 million de dinars. L’ex premier ministre Abdelmalek Sellal écopera de la même peine qu’Ouyahia soit 12 années de prison fermes et une amende de 01 million de dinars. Les ex ministres du transport et des travaux publics, c’est incontestablement l’ex ministre des travaux publics et du transport Ammar Ghoul qui s’est taillé une haute sentence par une condamnation de 10 ans de prison fermes et une amende de 01 million de dinars d’amende. Les deux autres ex ministres du commerce et du transport Ammara Benyounes et Boudjemaa Talai ont été condamnés à une peine de 03 ans de prison chacun avec une amende de 500.000 Da. Les autres ex ministres Bada Mahdjoub et Yousef Youcefi et Adelghani Zaalan des transports et travaux publics ont écopé de 02 années de prison et d’une amende de 500,000 dinars algériens. Enfin le juge du tribunal de Sidi M’Hamed a condamné le juge Abdelkader à une peine de 05 ans de prison assortis d’une amende de 500.000 DA. Après presque une semaine du déroulement du procès de l’ex homme d’affaire Ali Haddad ex richissime et controversé homme d’affaires qui a accumulé une fortune colossale plafonnant les milliards grâce à son entreprise ETRHB spécialisée dans les travaux publics. Les deux anciens, premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal et plusieurs anciens ministres ainsi que trois walis, étaient notamment accusés de plusieurs chefs d’inculpation liés à la corruption selon les griefs qui pesaient sur eux. Hélas, la justice a signifié une fin de non retour devant les appels au jugement de l’ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika pour la simple raison que lors de leur audition, les 02 ex premiers ministres Ouyahia et Sellal étaient unanimes tous les deux à déclarer au juge lors de leur audition que « tous les projets de gré à gré ont été accordés avec l’approbation du gouvernement », sous la tutelle de l’ancien président Bouteflika. L’ex tutelle soutient que, concernant le projet de l’autoroute Est-Ouest, ce n’est pas lui qui a donné le projet par gré à gré. L’ex premier ministre Ahmed Ouyahia et selon ses aveux n’agissait que sur instruction de l’ex premier magistrat du pays, quotidiennement, au courant de tout ce qui se passait. Il soutient que « c’est l’ancien président Bouteflika qui a demandé la prise en charge rapide des projets en attendant de régulariser leur situation plus tard ». Dans le même procès, un autre ancien Premier ministre a également nié les faits retenus contre lui. L’accusé Abdelmalek Sellal avait affirmé lors du procès qu’il était chargé de l’application du programme politique de l’ex président de la République. L’ex premier ministre Sellal a, ainsi, rejeté sa responsabilité dans la dilapidation de biens, en affirmant que « le Premier ministre est un ordonnateur et non pas un exécuteur du projet. Il n’est pas de ses prérogatives de réaliser ou signer pour des projet ».

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*