Accueil » Actualité » Les walis appelés à s’impliquer davantage : L’heure est au durcissement face au virus

Les walis appelés à s’impliquer davantage : L’heure est au durcissement face au virus

Ce que tout le monde craignait, du moins les plus consciencieux, est donc arrivé. Le Covid-19 a frappé fort ces derniers jours en Algérie. Ce n’est pourtant pas une surprise. On s’y attendait, faute de prise de conscience et de responsabilité chez les citoyens mais aussi, il faut le dire, chez les pouvoirs publics. Les Algériens, contrairement aux Chinois, ne sont guère disciplinés. Pire, certains croient dur comme fer que le virus dont tout le monde parle, n’existe pas. C’est tout simplement ridicule comme réflexion. Et le pire est arrivé. Les chiffres rendus publics cette semaine font peur et les sonnettes d’alarme sont tirées un peu partout à travers le pays.
Les professionnels de la santé sont outrés et ne peuvent plus garder le silence. Ils s’estiment lésés et abandonnés par ce manque inadmissible de conscience et d’irresponsabilité. Résultat, il fallait mettre un terme à cette anarchie générale et revenir aux mesures strictes, aux mesures pures et dures. Et c’est dans cette optique que le gouvernement a décidé de prendre le taureau par les cornes. Des décisions «phares» ont donc été adoptées, lundi, face à la progression inquiétante de la pandémie dont notamment le durcissement des mesures préventives, précédemment mises en place afin de stopper la chaîne de transmission du virus. Il est vrai que le nombre de décès demeure sur une courbe relativement constante. Par contre, celui des contaminations confirmées vient de franchir le seuil des 300 cas. La cause est simple: des attitudes «irresponsables». Conséquemment au relâchement constaté ces derniers jours au sein de la population, le président Tebboune a ainsi instruit le Premier ministre afin de «durcir les sanctions à l’encontre de tous les contrevenants, individuellement ou collectivement», aux mesures de prévention.
Entre autres mesures préconisées par le Gouvernement, figurent l’interdiction formelle de tout type de rassemblement et de regroupement familial, la verbalisation systématique de tout contrevenant à la mesure du port obligatoire du masque et le respect des horaires de confinement, la réinstauration de l’obligation du port obligatoire du masque dans les véhicules particuliers ainsi que le renforcement de la surveillance épidémiologique par la conduite d’enquêtes approfondies. Il a été également ordonné la constitution de « stock stratégique » de tests de prélèvement et de diagnostic PCR pour les semaines à venir, l’extension du réseau de laboratoires d’analyse, y compris par le recours au secteur privé, ainsi que la multiplication des campagnes de désinfection des espaces et lieux publics à travers toutes les wilayas. De plus, il est à nouveau exigé des commerçants, le respect des protocoles de prévention sanitaire, notamment l’obligation du port de masque et la distanciation physique pour toute personne qui accède à l’espace commercial. La mise en oeuvre de cette approche, encore plus restrictive, s’appuiera, désormais, davantage sur les collectivités territoriales et l’implication des responsables locaux. Ces derniers sont appelés à participer au « processus d’évaluation et de prise de décision », s’agissant de confinement ou de suspension temporaire d’activités ne respectant pas les protocoles sanitaires. A ce propos, les walis sont tenus, lorsque la situation sanitaire l’exige et après aval des hautes autorités du pays, de décider « un confinement partiel ciblé ou total d’une ou de plusieurs localités, communes ou quartiers connaissant des foyers ou des clusters de contamination ». Néanmoins, il est d’ores et déjà décidé la suspension, pour une durée de 15 jours, des marchés et souks hebdomadaires, des marchés à bestiaux ainsi que des centres commerciaux et autres lieux de concentration de commerces et ce, dans les wilayas connaissant « une circulation active » du virus. En outre, les autorités locales et les services de sécurité sont instruits à l’effet d’appliquer, avec « toute la rigueur et la fermeté nécessaires, les sanctions prévues par la loi et les règlements en vigueur, y compris la verbalisation, la mise en fourrière et la formalisation des procédures judiciaires appropriées, à l’encontre de tout contrevenant aux mesures de prévention sanitaire ».

À propos B.L.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*