Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Agir vite!

Pôle & Mic : Agir vite!

Le nombre de contaminés fait peur. Il donne du froid au dos. Pourquoi sommes-nous arrivés à cette situation? C’est une question qui mérite des réponses, puisqu’au début de la pandémie, le nombre des contaminés était d’une centaine environ et là nous sommes à plus de 300. Après un mois de confinement, il y a eu relâchement sans préparer la société sur le risque de la contamination. Le déconfinement «partiel» aurait été plus une affaire économique qu’autre chose. Face à ce relâchement, le citoyen croyait que le virus aurait été «maîtrisé» après l’adoption de la chloroquine coronavirus comme un traitement. Le semi échec du confinement est lié à l’incapacité de l’Etat à prendre en charge les citoyens sur un plan purement économique. Après deux mois, des Algériens se sont retrouvés dans le besoin. Les travailleurs dans le secteur privé et les «journaliers» ont été les plus touchés. En face, l’Etat semblait n’avoir pas un plan précis pour leur venir en aide car ne disposant pas d’un fichier national des «pauvres» ou des «démunis» ou des «personnes dans le besoin». Venir en aide à tout Algérien non déclaré aurait été un «lourd» fardeau pour l’Etat. Avec ce «pic», Tebboune a, lors du Conseil des ministres, déploré les comportements irresponsables de certains citoyens qui veulent faire croire à d’autres que l’épidémie n’est qu’un mythe créé à des fins politiques. C’est à l’État d’intervenir et de rappeler à l’ordre les citoyens qui badinent avec la discipline. Pour endiguer la propagation du Covid-19, le chef de l’Etat a ordonné de durcir les sanctions contre les contrevenants aux mesures sanitaires, dont le port du masque. Il a également ordonné de garder fermées les frontières terrestres, aériennes et maritimes du pays. Et pourtant, des intellectuels ont lancé des appels pour dénoncer le comportement de certains citoyens face à l’irrespect des mesures sanitaires et à redoubler de vigilance avant le déconfinement ou le confinement partiel. Pour le «simple» citoyen, le fait d’ouvrir des souks et des marchés, cela serait synonyme de «maîtrise» de la pandémie. Tebboune a instruit Djerad d’étudier les mesures nécessaires, avec le comité scientifique en charge de la veille et du suivi de l’épidémie de coronavirus, pour casser la chaîne de transmission du virus. Il faut agir vite sans penser aux conséquences économiques. Mieux, nous pouvons s’inspirer des expériences des pays touchés sévèrement par cette pandémie. Agir vite!

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*