Accueil » Oran » «Prime de Covid-19» des taxieurs et des personnels de la santé : Encore des zones d’ombre malgré les initiatives

«Prime de Covid-19» des taxieurs et des personnels de la santé : Encore des zones d’ombre malgré les initiatives

Les primes Covid-19 pour les personnels de la santé ont été précisées dans un décret présidentiel, paru dans le Journal officiel du 31 mars. Le staff administratif et de soutien (chauffeurs, ambulanciers, etc…) aura une prime de 10.000 dinars, les médecins auront droit à une rémunération mensuelle de 40.000 dinars renouvelables trois mois alors que les autres percevront 20.000 dinars comme il est spécifié par la prime de risque exceptionnelle élargie aux autres catégories du même secteur tels que les laborantins, les agents des polycliniques , les psychologues et les biologistes pour les cas de contact signalés ou traités parmi les malades sur lesquels sont effectués les tests de dépistage du Coronavirus. Ces primes entrent dans le dispositif de soutien et d’encouragement décidé par le chef de l’Etat, Abdelmajid Tebboune, en faveur des personnels de la santé afin de faire face à la propagation du la pandémie, étant donné que ces derniers sont en première ligne de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la propagation de Covid-19. Les taxieurs auront droit eux aussi à une prime de 10.000 dinars une fois “non renouvelable” afin de les aider à faire face aux aléas économiques suite au confinement de trois mois. Malgré toutes ces mesures pour ne citer que ces deux catégories (taxieurs et personnels de la santé), des voix ne cessent de s’élever ici et là, dans les milieux de ces deux corps stratégiques de l’activité économique locale, à l’image de plusieurs taxieurs d’Oran et des agents de certaines polycliniques qui disent “ne pas avoir perçu à ce jour cette prime alors que le pays continue toujours de faire face à la crise sanitaire“. ”Une liste a été établie par la direction de notre établissement de santé concernant le personnel éligible à la prime de 20.000 dinars mais à ce jour, on n’a rien pu voir”, a confié, dimanche, un agent d’une polyclinique d’un quartier populeux à Oran.
”Nous avons à maintes reprises demandé des explications mais on nous dit que nous figurons dans une liste d’attente mais jusqu’à quand”, explique-t-il. Le malheur des agents des polycliniques qui n’ont pas encore perçu la prime Covid alors qu’ils font face périodiquement aux aléas, rejoint à des proportions celui de dizaines de taxieurs d’Oran qui disent “avoir accompli toutes les démarches au niveau de la direction des transports et n’avoir pas figuré dans la liste”. La direction des transports avait entamé, il y a plus de quinze jours, une vaste opération d’octroi des primes de 10.000 dinars pour plus de 600 taxieurs dans le cadre du dispositif de soutien économique suite à la propagation de la pandémie. L’opération qui, à en croire certaines sources, “se poursuit toujours” mais n’a pas concerné plusieurs dizaines d’autres taxieurs dans le besoin et dont les difficultés quotidiennes relatives au pouvoir d‘achat et aux charges (gasoil, entretien, contrôle technique, etc…) sont épouvantables et faramineuses. Cette initiative de la direction des transports a suscité une vague de soulagement chez la corporation des taxieurs d’Oran qui, rappelons-le, compterait plus de 5.000 taxieurs alors que des recoupements parlent de près de 8.000 taxieurs adhérents.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*