Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Qui va les croire?

Pôle & Mic : Qui va les croire?

«Le FLN réaffirme sa volonté d’opérer une rupture radicale avec les anciennes pratiques qu’avaient imposées ses précédents responsables sans consultation de ses militants, comme ce fut le cas avec le soutien du 5e mandat pour l’ex-président Abdelaziz Bouteflika», a déclaré son SG, Baadji Abou El Fadhl, qui a présidé, samedi à Alger, une réunion des mouhafedh. Peut-on croire le FLN qui avait béni le cinquième mandat de Bouteflika et qui a été très actif pour lui rassembler les «six millions» de «istmara». C’est un «peu » osé de la part du FLN qui veut se montrer plus «démocrate» que tous les démocrates. Peut-on prendre au sérieux ses déclarations alors qu’il n’a pas de programme, sauf d’avouer que son programme est celui du président. Mieux ou pire, concernant le projet de révision constitutionnelle, il dira que les propositions du FLN, au nombre de 101, seront transmises cette semaine aux services de la présidence de la République avant que celles-ci ne soient rendues publiques par le biais d’un communiqué. «101», c’est trop! Or, les plus «radicaux» de l’opposition n’ont jamais parlé d’un tel chiffre. Il va encore plus loin en «s’appropriant» le Hirak et ses revendications. Le parti a plaidé pour la préservation et la promotion des acquis du «Hirak béni qui a sauvé l’Algérie et libéré son peuple et qui a permis de mettre en place les jalons de la nouvelle Algérie». Or, aucun des responsables, même, dans les petits villages, n’avait rejoint le Hirak. Oui, de «simples» militants «sincères», qui ont toujours été considérés comme «opposants» au sein de l’ex-parti unique, ont participé aux manifestants du Hirak. Pire, les organisations proches du Hirak ont été les plus «farouches» opposantes au Hirak dans les universités et au sein de l’UGTA et autres organisations de masse. Le RND est, lui aussi, sur les traces de son frère aîné, en indiquant, samedi à Alger, qu’il participera «avec énergie» à l’effort national de construction d’une nouvelle Algérie, de prospérité et de bien-être, en faisant référence à la nouvelle Constitution. Le RND appuiera cette démarche «avec la plus grande énergie», a souligné le SG du RND, en estimant que l’amendement constitutionnel marquait le départ de la construction de la nouvelle Algérie. Le RND ajoute qu’après réunions avec ses militants de base dans diverses localités, une soixantaine de propositions d’amendement ainsi qu’à des réserves sur certains points auxquels des alternatives ont été suggérées. «60» propositions, c’est trop et beaucoup pour le RND qui a béni le cinquième mandat de Bouteflika et qui a voté «oui» pour la révision de la Constitution pour «renforcer» le pouvoir de Bouteflika. Il est clair que les anciens de l’Alliance des partis pour le programme de Bouteflika finiront par les imiter. La question qui se pose, qui va les croire alors que plusieurs de leurs hauts responsables sont en prison et poursuivis par la justice?

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*