Accueil » Actualité » Grande embellie dans les relations bilatérales: La France a besoin de l’Algérie

Grande embellie dans les relations bilatérales: La France a besoin de l’Algérie

Les PDG de Sonatrach, Amine Mazouzi, et de Total, Patrick Pouyanné, ont convenu de renforcer le partenariat et la coopération sur toute la chaîne hydrocarbure en Algérie et à l’international, confirmant ainsi la volonté des parties à consolider le partenariat existant et concrétiser de nouvelles opportunités pour les deux compagnies. Les deux groupes ont conclu, le week-end dernier à Alger, un accord sur la réalisation d’une étude de faisabilité en vue de la construction d’un complexe pétrochimique de « taille mondiale ». De nombreux accords ont été signés au niveau des Premiers ministres des deux pays, qui interviennent après deux sessions de la Comité mixte économique franco-algérien (COMEFA) qui prépare les dossiers arrivés à maturité. Ces accords de partenariat ont concerné les secteurs du transport ferroviaire et de l’agroalimentaire, ainsi que la réalisation, le long de l’autoroute Est-Ouest, d’un parc industriel de 3.000 hectares au minimum. La coopération entre l’Algérie et la France s’est accentuée en 2016 notamment avec la tenue en avril à Alger de la 3ème session du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), et plusieurs rencontres ont été tenues entre les ministres de l’Intérieur de des deux pays. La réunion d’Alger du CIHN, instance de concertation, créée en application de la déclaration d’amitié et de coopération entre la France et l’Algérie, signée le 19 décembre 2012, a été considérée par des responsables français comme une nouvelle étape dans « la montée en puissance » des relations entre la France et l’Algérie. Dans cet élan de coopération, rapporte-t-on, auquel le haut responsable français chargé de la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, Jean-Louis Levet, se vante du fait que la France et l’Algérie « constituent un binôme sans équivalent sur l’échiquier mondial des Etats », plusieurs autres accords sont dans le viseur et attendent d’être bien ficelés comme le projet d’implantation d’une usine PSA (Peugeot-Citroën) en Algérie et un grand projet dans l’industrie pétrochimique qui vient d’être signé entre le groupe Sonatrach et le groupe français Total. Cette dynamique de coopération a pratiquement touché tous les secteurs qui ont vu la signature de plusieurs autres accords et conventions dont la santé, la sécurité routière, la justice, l’éducation, l’enseignement supérieur et les assurances sociales. Selon les chiffres des Douanes algériennes, les échanges commerciaux entre l’Algérie et la France ont totalisé 10,3 milliards de dollars en 2015. La France est le deuxième fournisseur de l’Algérie et son troisième client. Lors de la dernière session du CIHN, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a invité les opérateurs économiques à saisir les « immenses » opportunités d’affaires que recèle l’économie algérienne, engagée depuis 2014 dans un processus de mutation et de diversification, pour passer de l’exploitation des matières premières vers la production de biens et de services. C’est dans cette optique qu’il a appelé les opérateurs économiques français à investir « davantage » en Algérie, affirmant que le gouvernement algérien est disposé à « accorder toutes les facilitations nécessaires » rapporte l’agence nationale de presse (APS). L’autre volet important dans les relations bilatérales est celui de la coopération sécuritaire. En moins d’une année, les ministres de l’Intérieur des deux pays se sont rencontrés trois fois (Paris en décembre 2015, Alger en avril 2016 et Paris en novembre dernier). La France fait face à un « très haut niveau » de menace terroriste et a besoin de consolider davantage sa stratégie de lutte et de prévention en renforçant sa coopération sur le plan du renseignement avec les pays qui ont déjà été confrontés à ce fléau, dont l’Algérie. Lors de la dernière visite en France du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, son homologue français, Bernard Cazeneuve, actuellement Premier ministre, n’a pas manqué d’affirmer, en novembre dernier, l’attachement commun de la France et l’Algérie pour réussir la lutte antiterroriste, soulignant le « très bon niveau » de coopération des deux pays dans ce domaine. « Nous avons des expériences à partager dans de multiples domaines, notamment en matière de lutte contre la cybercriminalité, contre le trafic d’armes », avait-il indiqué, relevant que les deux pays ont « une grande relation de confiance » et une relation « d’amitié » qui « facilitent beaucoup le traitement des sujets importants dont nous avons à connaître ensemble ». Cette densité dans les relations bilatérales n’a pas omis la jeunesse avec la signature d’un accord permettant aux jeunes diplômés de pouvoir travailler dans les deux pays respectifs.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*