Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Une semaine «trop» commentée!

Pôle & Mic : Une semaine «trop» commentée!

Une semaine chargée en information qui a fait le buzz dans les réseaux sociaux. Les images de l’ex chef du gouvernement menotté dans le cimetière ont provoqué l’indignation des citoyens. Ils estiment qu’un prisonnier a le droit aussi à la Dignité bien que certains aient exprimé leur «satisfaction» de voir Ouyahia humilié. Que dire? L’Algérie avance dans l’esprit de la Liberté et de la dignité. Des personnalités de l’opposition et des activistes ont exprimé leur colère quant à la diffusion de telles images. Ce sont les télévisions ou les personnes qui ont filmé ces scènes et qui les ont diffusées sur la toile. La Justice a bien fait de l’autoriser d’assister à l’enterrement de son frère d’autant qu’Ouyahia ne serait pas un prisonnier qui pourrait fuir. L’autorité de régulation et la justice auraient dû agir et rappeler ceux qui ont diffusé de telles images à l’ordre. Certes, qu’auparavant et durant le pouvoir de Bouteflika, deux ou trois télévisions ont dépassé la «norme» humaine en filmant des gens «innocents» menottés et embarqués comme des malfrats alors qu’il ne s’agissait que d’une enquête préliminaire. Ceux qui ont diffusé ces images devraient être jugés et devraient non pas présenter des excuses à la famille Ouyahia mais à tous les Algériens. C’est comme ça et pas autrement que nous pourrons construire un Etat de droit, basé sur la justice, la dignité et le respect. L’autre fait «surprise» reste ce remaniement qu’aucun média n’a annoncé. Remaniement «surprise » puisque le confinement a chamboulé le travail de Morceli, du ministre du tourisme et tant d’autres. On ne peut rien reprocher au ministre du tourisme ou à l’athlète Morceli puisque tout est à l’arrêt. Certains remaniements sont, plus au moins, justifiés comme celui du ministre du transport, qui avait prédit que la pandémie disparaîtra début Avril. Le retour de Attar au ministère de l’Énergie serait certainement lié à l’immobilisme dans le secteur de l’énergie doublé par la chute du prix du baril. Le ministre de l’enseignement supérieur a «trop» parlé sans pour autant proposé une réforme universitaire. La présidence compte, à travers ce remaniement, «booster» le travail du gouvernement.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*