Accueil » Chronique » Point de Vue : Centralisation à outrance Mère de tous les vices

Point de Vue : Centralisation à outrance Mère de tous les vices

Un système politique de gestion centralisé voulait tout simplement dire, que le citoyen est immature et donc, il ne faudrait guère lui laisser la gestion de ses propres affaires. Cela voudrait, également, dire que les gens du palier supérieur n’ont pas de confiance envers les gens du palier inférieur. Centraliser les affaires de l’Etat, c’est une autre une façon de dire que les gens du palier supérieur veulent, délibérément, avoir une mainmise sur tous et sur tout. Une sorte de dictature visant à administrer un paternalisme qui ne dit pas clairement son nom. Je ne vois pas pourquoi, un élu local, un dignitaire local ou simple citoyen appartenant au palier inférieur n’est toujours pas validé à exprimer ses avis et à offrir ses propositions vis-à-vis de ce qui se passe dans son voisinage immédiat. Cette mentalité aurait été, peut-être, normale ou justifiée, il y a une soixantaine d’années de ça …Un peuple de 10 millions d’habitants qui venait tout juste de sortir d’une ère coloniale des plus infâmes, où l’ignorance et l’analphabétisme régnaient en maîtres absolus… Cela pouvait justifier, en cette ère cruciale où l’Etat algérien était encore au stade de la fondation, le recours au centralisme pur et dure. Actuellement, la démographie du pays s’est multipliée, le peuple est plus conscient, l’instruction s’est propagée parmi la population. Donc, c’est le moment pour donner l’occasion au peuple de s’occuper des affaires de sa Cité. Le génie populaire ne se développe pas sans une amorce de liberté de mouvement, de pensée et d’inventer…Le fait de laisser les bras cassés, les malintentionnés, les faux jetons de la société à prendre la gestion des affaires des communes et arriver en fin de compte à ces catastrophes, que l’on constate de la gestion des collectivités locales, n’est jamais, au fait, un fait du hasard. Un commis de l’Etat a toujours besoin d’un maire corrompu, ignare, sans scrupules, pour le manipuler à sa guise…Ce genre de responsables locaux ne disent jamais non pourvu qu’on les laisse faire. Le peuple souhaite que le nouveau régime, alias de la nouvelle république, fasse en sorte que les choses changent dans le sens positif. Donner aux collectivités locales une sorte « d’autonomie » fut-elle limitée, afin que le citoyen apprenne– à l’instar d’un petit écolier- à gérer ses propres affaires. Il n’aura pas besoin d’un décret ministériel, venant de la haute sphère pour changer une virgule.

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*