Accueil » Oran » Fête de fin d’année à Oran: Ambiance de joie dans un climat de sécurité exceptionnel

Fête de fin d’année à Oran: Ambiance de joie dans un climat de sécurité exceptionnel

Les Oranais ne sont pas restés indifférents. Beaucoup ont déclaré avoir été surpris par le climat de sécurité qui a marqué la ville d’Oran, durant cette fête de fin d’année 2016. Tous les bilans annoncés rapportent que le réveillon 2017 a été exceptionnel par rapport, aux précédentes années. Au niveau de la protection civile qui, généralement, détient toutes les informations concernant les accidents de la circulation, on compte 02 accidents corporels sans grande gravité. Au niveau des différentes sûretés urbaines et de daïra, les hommes en bleu étaient tous unanimes que cette année, la situation a été très bien maîtrisée sans grande difficulté. Durant cette dernière nuit de l’année 2016, on a constaté qu’Oran a été très attractive.
Au centre-ville, à Akid Lotfi, sur la route de la corniche oranaise, les voitures immatriculées hors la wilaya d’Oran, étaient très nombreuses. Au niveau du boulevard Front de mer, la foule était très dense. Des familles et des jeunes, ont été les acteurs d’une ambiance pleine de joie, sous le regard d’un important dispositif de police. A minuit, des jeunes ont lancé des dizaines de feux d’artifice, au moment où les klaxons des voitures retentissaient de partout. Devant la 16ème sûreté urbaine, se trouvait un nombre considérable de cadres et d’agents de police, à leur tête le contrôleur, Nouasri Salah, chef de la sûreté de wilaya d’Oran. M. Salah n’est pas passé inaperçu. Pas moins d’une centaine de jeunes et des familles ont sollicité ce premier responsable de la police à Oran, pour une photo souvenir.
Il faut dire que durant près d’une heure, M. Nouasri n’a pas pu quitter les lieux. L’homme semble être très connu par la population oranaise, pourtant il était en tenue civile. Au niveau du jardin méditerranéen, et Sidi M’Hamed, et malgré le froid, des familles ont bien passé de beaux moments. Une fête de fin d’année que les observateurs ont qualifiée d’exemplaire.
Le point noir de cette nuit de fête est l’absence totale de certaines structures telles que la commune d’Oran, la direction de la culture, la DJS et bien d’autres qui n’ont pas vu qu’il est de leur mission d’offrir l’occasion à la
population sans moyens, de vivre des moments de détente et de joie après une année, pleine de tracasseries et de travail.

À propos A.Kader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*