Infos
Accueil » Régions » CHU Abdelkader «Hassani Abdelkader» de Sidi Bel Abbés: Les UMC se dotent d’une unité de Thrombolyse

CHU Abdelkader «Hassani Abdelkader» de Sidi Bel Abbés: Les UMC se dotent d’une unité de Thrombolyse

Les UMC du CHU Hassani Abdelkader seront dotées d’une unité de Trombolyse à partir du mois de janvier 2017, a annoncé le professeur Maghraoui, chef de service des urgences médicochirurgicales, lors d’une conférence de presse qu’il a animée le jeudi. Cette unité, selon l’intervenant, dispose d’une chambre de 4 lits d’hospitalisation où seront admises les victimes des accidents vasculaires cérébraux, d’un bloc opératoire où sera pratiquée la thrombolyse. A cet effet, pour réussir l’opération, tous les moyens matériels et humains nécessaires pour son fonctionnement ont été mis en place en plus des produits qui seront disponibles à la pharmacie du CHU. Une équipe médicale se chargera de la prise en charge des malades, indiquera l’interlocuteur, en l’occurrence un neurochirurgien, un réanimateur, des radiologues, des médecins généralistes, et des médecins résidents de 4ème et 5ème année, ainsi qu’un brancardier des fonctionnaires des UMC. D’autre part et dans le même contexte, selon le professeur Maghraoui, qui n’omettra pas de souligner les difficultés pour faire démarrer le projet, en l’occurrence le manque de spécialistes neurologues et neurochirurgiens, le déficit en paramédicaux et l’absence d’un SAMU au CHU Sidi Bel Abbés, sauf que la prise en charge des malades n’est pas aussi difficile vu le nombre de malades qui ne dépasse guère les 4 personnes par semaine, pour souligner: «Actuellement, nous comptons sensibiliser toute la population, à travers les médias et la presse écrite pour les inciter à évacuer leurs malades rapidement et avant les 4 heures» « et de se diriger directement vers l’unité», ajoutera-t-il, pour pouvoir sauver le patient. Car selon le professeur « l’intérêt de la thrombolyse est de donner les soins précoces durant les premières heures de l’AVC en cassant le caillot qui bouche l’artère, soit 30 à 60 minutes de l’admission du patient, pour le guérir sans handicap et de ce fait réduire le taux de mortalité». De ce fait, Les professionnels de la santé sont formés pour mieux diagnostiquer l’AVC et préciser s’il s’agit d’un infarctus cérébral ou d’une hémorragie cérébrale, selon l’intervenant. D’autre part, pour plus de sensibilisation sur la prise en charge des victimes d’AVC, le chef de service de l’unité de Thrombolyse du CHU d’Oran, n’a pas manqué de souligner devant les présents à savoir le personnel médical des UMC du CHU Abdelkader Hassani, que selon les chiffres rendus publics, 60 mille nouveaux cas ont été enregistrés à travers le territoire national, dont 20 mille décédés annuellement. Au niveau local, parmi les 416 personnes hospitalisées aux UMC durant l’année 2016, 20% sont victimes d’un AVC dont la prédominance est constatée chez les sujets âgés de moins de 65 ans et que parmi les cas d’AVC, 56% sont décédés. L’AVC, conclura-t-il, est secondaire au diabète, l’hypertension, le tabagisme, l’alcoolisme, l’obésité, elle intervient lorsqu’il n’est pas pris en charge rapidement.

À propos M.N.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*