Accueil » Actualité » Démocratie et lutte contre le terrorisme: L’Algérie sollicitée pour partager son expérience

Démocratie et lutte contre le terrorisme: L’Algérie sollicitée pour partager son expérience

Fait incontestable, l’Algérie est citée comme un exemple parfait d’un pays qui jouit d’une expérience dans le domaine de la consécration des valeurs de la démocratie et de la lutte contre le terrorisme. Cette expérience acquise sur les sacrifices capte aujourd’hui plus que jamais l’attention des pays et des organisations onusiennes. Ce n’est pas tout. Une nouvelle publication est en préparation sur cette expérience algérienne. Elle va servir d’un «document référence» pour les pays qui sollicitent l’aide la coopération de l’Algérie. C’est néanmoins ce qui se dégage d’un communiqué du dernier Conseil des ministres qui ne fait pas mystère du rôle clé de l’Algérie dans ces deux domaines précis. L’Algérie recouvre sa place de leader dans le concert des nations arabes et africaines et concertée par les grandes puissances du monde sur divers domaines de coopération stratégiques. Cela est apparent dans les conflits et les foyers de tension qui éclatent dans le monde. Le pays qui fait de la non immixtion dans les affaires des pays, son cheval de bataille, défend aussi les causes justes. Cette position a valu à l‘Algérie d’être un pays fort respecté sur la scène internationale pour ses efforts déployés tant sur le front externe que sur celui interne. Le dernier Conseil des ministres, dans un objectif diplomatique de mettre en exergue ces efforts et de rappeler aux citoyens algériens et à la communauté internationale que notre pays va bien malgré les rumeurs, n’omet pas d’assener les quatre vérités. Ce n’est pas sans raison que le texte du Conseil des ministres note avec force détail que l’expérience algérienne en ce qui concerne « le rôle de la démocratie dans la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme » a constitué l’un des axes évoqués lors du Conseil des ministres tenu mercredi. Le communiqué du Conseil des ministres précise que la démarche algérienne « capte l’intérêt de plusieurs pays ». Il souligne avant toute chose que « l’Algérie a accompagné sa propre lutte contre le terrorisme par une politique de concorde civile et de réconciliation nationale initiée par le président de la République Abdelaziz Bouteflika ». Le texte affirme dans ce sens que « cette démarche algérienne capte l’intérêt de plusieurs pays au moment où la communauté internationale est de plus en plus confrontée aux fléaux du terrorisme et l’extrémisme violent ». Plusieurs instances internationales, dont l’Organisation des Nations unies et le Forum global de lutte contre le terrorisme, « ont sollicité l’Algérie pour partager sa propre expérience avec le reste de la communauté internationale », a soutenu la même source. Cette dernière cite une communication présentée lors du Conseil par le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, M. Abdelkader Messahel. Le communiqué rappelle que la politique de concorde civile et de réconciliation nationale avait été massivement adoptée par le peuple. Il ajoute que « notre pays a déjà fait connaître son expérience à travers plusieurs conférences et séminaires, ainsi qu’une publication intitulée ‘l’Algérie et la déradicalisation: une expérience à partager’ ». En outre, lit-on dans le communiqué, le succès de cette contribution a amené le ministère des Affaires étrangères, en collaboration avec d’autres secteurs de l’Etat, à préparer une nouvelle publication, objet de la communication en Conseil de ministres. Cette publication s’intitule « Le rôle de la démocratie dans la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme: l’expérience algérienne ». Au titre de la lutte contre le terrorisme, précise le même texte, cette publication traite notamment de « la dimension globale de la lutte contre le terrorisme, la politique de réconciliation nationale, et la valorisation des référents religieux du pays ». Au titre de la démocratie comme « moyen de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme », la publication développe notamment, l' »affermissement des assises institutionnelles de la démocratie et de l’Etat de droit, la justice sociale comme fondement de la démocratie, la réforme du système éducatif, la promotion du statut de la femme dans la société, et la réponse aux demandes sociales majeures notamment, l’emploi et le logement ».

À propos B.Habib

Un commentaire

  1. Les intégristes islamistes défendent un projet idéologique totalitaire, qui remonte à l’époque d’IBN TAYMIA précurseur du SALAFISME/WAHABISME.
    Ils confondent Religion /Identité, c’est le cas de la plupart des Algériens arabophones, c’est un moyen pour eux d’évacuer l’identité AMAZIGH, pour plaire à leurs faux frères du Moyen Orient avec qui ils ont un complexe d’infériorité, d’ailleurs ces derniers nous considèrent comme des Arabes de seconde zone.

    En Algérie, l’absence de laïcité, l’arabisation de masse, la politisation de la RELIGION et l’utilisation des mosquées à des fins politiques sont les principaux vecteurs du TERRORISME ISLAMISTE, tant que c’est comme ça le terrorisme islamiste subsistera.

    LA VICTOIRE MILITAIRE NE SUFFIT PAS !

    Si on ne gagne pas la bataille idéologique par l’inscription de la LAÏCITÉ dans la constitution Algérienne, rien n’est gagné… !!!

    Pour mettre fin au terrorisme en Algérie il faut lui couper ses racines idéologiques l’inscription de la LAÏCITÉ dans la constitution Algérienne.

    En effet la vraie guerre contre l’intégrisme islamiste producteur du terrorisme, n’a jamais été engagée en l’Algérie…!!!
    C’est comme la lutte contre les stupéfiants, ce n’est pas en tuant les consommateurs qu’on mettra fin à ce fléau, mais en détruisant les champs, les cultures et les financements de ces plantes nuisibles à la société.

    N.B / En Algérie, le terrorisme islamiste est un créneau très rentable, la loi sur la réconciliation nationale (qui ne fixe pas de date limite pour son expiration…!) encourage les jeunes à emprunter les chemins des djebels pour ensuite se rendre et bénéficier d’un logement, d’un fonds de commerce et d’une pension à vie, etc.,.. C’est le seul pays au monde qui récompense ceux qui tuent les militaires, les policiers et les civils… !!!
    Les concepteurs de cette loi n’ont pas prévus ces dérives dangereuses………….. !!!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*