Accueil » Actualité » Elles enregistrent des taux d’infection les plus élevés du Covid-19 : Enquêtes épidémiologique dans 10 wilayas

Elles enregistrent des taux d’infection les plus élevés du Covid-19 : Enquêtes épidémiologique dans 10 wilayas

Des “brigades Covid -19” est-ce possible en Algérie ? Alors que les premières mesures d’un desserrement du confinement ne se précisent pas toujours, le secteur de la santé se dirige droit, dans un prélude vers le déclenchement d’”enquêtes épidémiologiques”. Ces dernières permettront d’établir un diagnostic précis et net sur les taux élevés de contamination par la pandémie enregistrés dans plusieurs wilayas du pays. Le déconfinement a été instauré dans plusieurs pays du monde comme l’Italie, la France, l’Allemagne et les pays scandinaves, et les premières mesures de reprise au travail et à l’activité touristique y ont déjà démarré. L’Algérie, quant à elle, prône la prudence. A l’heure du déconfinement dans le monde avec des masques fabriqués en tissus agréés, tests sur les lieux publics, traçage numérique et respect de distanciation, le secteur de la santé s’apprête à lancer des “enquêtes épidémiologiques” sur le Coronavirus. Une question qui découle d’elle-même : Comment devront fonctionner ces enquêtes épidémiologiques en Algérie ? Il est plausible que ces enquêtes soient effectuées auprès des cas confirmés positifs d’atteinte par le covid -19. Les personnes guéries de la pandémie représentent en effet un bon échantillon d’analyse. Pour autant , le secteur de la santé pourrait ne pas fermer la porte à la “géolocalisation” des personnes atteintes du Virus mortel mais opterait, semble-t-il par un courrier automatique par voie d’un logiciel élaboré par le Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution du Coronavirus pour remonter la piste des personnes atteintes par région du pays et leur périmètre de circulation. Il sera également possible par exemple de constater un jour des “brigades Covid” sur le terrain en train de questionner les citoyens ou de les inciter à se faire dépister et avoir leurs propres analyses. Seulement voilà, les “enquêteurs épidémiologiques” pourront-ils aller jusqu’au bout ? Une tâche qui s’annonce périlleuse pour la simple raison qu’ils devront être confrontés à l’épreuve du “risque d’atteinte”. Les spécialistes de la santé redoutent que “ces enquêtes épidémiologiques risquent d’être confrontées à un “terrain miné” et ce pour plusieurs facteurs”. L’hypothèse de procéder par voie de logiciel ou traçage des personnes atteintes surgit alors comme une solution idoine. Pour les professionnels du secteur, ces “enquêtes épidémiologiques” supposent l’existence d’un “Centre intégré” national de la santé capable de diffuser, de récolter et d’analyser les données épidémiologiques dans les wilayas touchées. Le directeur de l’Institut national de santé publique (INSP), Pr Lyes Rahal, a annoncé le lancement d’enquêtes épidémiologiques dans les wilayas enregistrant les taux d’infection au Covid-19 les plus élevés. «Le Conseil scientifique a proposé au ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, Pr Abderrahmane Benbouzid, de procéder à une enquête épidémiologique dans dix wilayas enregistrant le plus grand nombre de cas de contamination au Covid-19», a déclaré M.Rahal, également membre du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie. «Nous avons enregistré une baisse dans le nombre quotidien de décès (entre 6 et 8) par rapport au début de la pandémie. Cependant, certaines wilayas continuent à enregistrer des taux élevés en termes de nouveaux cas de contamination (entre 8 et 12 wilayas), comparées aux autres régions du pays, ce qui explique l’intérêt porté par le comité à cet aspect, à travers le lancement d’une enquête sur la propagation de la pandémie dans ces régions », a-t-il soutenu. Parmi les aspects qui seront étudiés au titre de cette enquête et dans le cadre de la stratégie tracée en matière de lutte contre la pandémie dans les wilayas concernées, le Pr Rahal a cité en particulier «les personnes contacts des cas confirmés», notant qu’il s’agit du principal objectif ciblé par l’enquête dans le suivi des nouveaux cas enregistrés dans ces régions. L’expert a annoncé le lancement, en début de cette semaine, de ces enquêtes menées par des équipes qui procèderont à un travail minutieux sur le terrain, affirmant, qu’après l’évaluation des résultats obtenus à l’issue de ces enquêtes, des rapports sur la situation épidémiologique seront présentés au ministre de la Santé. A cet effet, il a imputé les facteurs de propagation de cette pandémie au niveau de ces wilayas de manière plus importante que d’autres au « non-respect des mesures préventives, notamment la distanciation sociale, le port de bavettes, l’hygiène des mains et le respect du confinement ». Concernant le traitement, le Pr.Rahal a fait savoir que « l’Algérie a adopté, depuis le 23 mars dernier, en application des recommandations du Conseil scientifique, un protocole thérapeutique basé essentiellement sur l’hydroxychloroquine et l’azithromycine, en sus d’autres médicaments à l’instar d’anticoagulants, de corticoïdes et de la vitamine C ». Outre le placement de certains patients sous respirateurs artificiels, d’autres moyens ont été utilisés, après une meilleure connaissance des caractéristiques virologiques du nouveau coronavirus, avec la formulation de recommandations destinées aux différents établissements hospitaliers assurant la prise en charge des patients atteints de Covid-19 à ce sujet.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*