Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Déjà un malaise!

Pôle & Mic : Déjà un malaise!

Le confinement a été plus que défavorable pour beaucoup d’Algériens exerçant dans le secteur privé. Les commerçants et artisans sont les premiers à en souffrir puisqu’ils sont obligés de «payer» leur «inactivité». Ils sont dans l’obligation de payer le loyer et des charges sans parler des impôts et autres. Les «petits» commerçants sont dans le rouge. Si en occident, les «petits» comme les «grands» sont déjà soutenus par leur Etat en matière de fiscalité et autres aides indirectes, ils ont pu «gagner» un peu d’argent par la vente en ligne. Chez nous, les «petits» comme les «grands» ont dû «consommer» leur réserve pour «vivre» et «survivre». Et là, nous ne parlons pas des journaliers et des travailleurs œuvrant dans l’informel. La majorité des chantiers du bâtiment est à l’arrêt, car les horaires ne favorisent pas l’avancement des travaux et les déplacements des artisans et manœuvres. C’est ainsi que le confinement est devenu une «tare» pour des Algériens. L’Association Nationale des Commerçants et des Artisans appelle à ré-autoriser l’ouverture des commerces dans le pays. L’ANCA a réclamé, à travers un communiqué rendu public ce vendredi 29 mai, la reprise des activités économiques et la permission de ré-ouvrir les espaces commerciaux, les magasins d’artisanat et services. Le retour des activités économiques ne contredit en aucun cas la mesure du confinement ni le respect des mesures de prévention, selon l’ANCA. À cet égard, l’association a insisté sur la poursuite des opérations de sensibilisation ; et ce dans toutes les wilayas contre la dissémination du Coronavirus, Covid-19. L’ANCA s’engage à encourager le respect des mesures de prévention sanitaires et des consignes de distanciation sociale (physique), ainsi que le port de masques de protection. Elle se dit prête à coopérer avec les instances officielles et les associations de la société civile. Il faut reconnaître qu’un déconfinement progressif comme cela a été décidé en Occident pourrait atténuer la crise. Un déconfinement progressif ou partiel en « obligeant » le citoyen à se conformer aux règles sanitaires. La sensibilisation devra être revue.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*