Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Encore de l’«ancien»!

Pôle & Mic : Encore de l’«ancien»!

Dans toutes les transitions, les partis proches du pouvoir ou ayant soutenu, bec et ongles, la politique du pouvoir, ont été dissous ou appelés à se «transformer en changeant de nom. Chez nous, le FLN et le RND et tant d’autres ont pu échapper à la règle. Et pourtant, au début, le RND avait indiqué qu’il songerait à changer d’appellation. Et pourtant, leurs anciens « patrons » sont en prison et/ou poursuivis en justice dans des affaires de « détournement » et/ou « d’influence de trafic ». Le pouvoir a encore besoin de ses partis. Le RND a pu tenir son « congrès » durant le confinement où tout « rassemblement » est, officiellement, interdit. Le congrès a « désigné » Tayeb Zitouni, qui a soutenu la candidature de Tebboune en refusant de soutenir leur candidat. Le congrès ne s’est pas excusé aux Algériens de leur « ancienne » politique de soutien à Bouteflika. Certes, ils ont tout fait endosser à Ouyahia et sa « clique ». L’« opposition » au sein du RND du temps, que ce soit d’Ouyahia ou de Bensalah, était «négligeable». Zitouni a opté pour une tactique de rentrer dans le « vif du sujet » en tirant un trait sur le passé. Comme d’habitude, le RND soutiendra la politique du pouvoir et il finira par adopter le programme du président, d’ailleurs il a béni ses actions sans avoir aucune réserve. Cela est aussi un «comportement » politique que le «new RND» devra assumer. Mais, Zitouni n’a pas été «différent» d’Ouyahia puisqu’il a, d’emblée, parlé de faire face à la menace. Zitouni a appelé les différents partenaires politiques à construire « un front interne pour immuniser l’Algérie contre toutes menaces ». Mais de quelles menaces, s’agit-il puisque ceux qui ont pillé le pays sont des « Algériens »? il est temps de changer de discours politique pour les partis même ceux du pouvoir. Ce n’est pas avec un « ancien » discours et en ignorant les revendications du Hirak que l’on peut construire l’« Algérie nouvelle ». Dans toute démocratie, un pouvoir a besoin d’un contre-pouvoir.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*