Accueil » Actualité » Après la levée du confinement : Les priorités de Benbouzid

Après la levée du confinement : Les priorités de Benbouzid

Voulant donner aux pouvoirs publics un “signe”, les familles algériennes ont involontairement rompu la mesure et sont sorties dans les espaces publics et autres lieux de détente parfois sans bavettes comme si la situation épidémique s’y apprêtait. Seulement voilà, y a-t-il une date exacte prévue pour un probable déconfinement, alors que les Algériens sembleraient d’une manière générale “trop pressés” de voir leur vie quotidienne se normaliser après quatre longs mois de patience et de restriction de déplacements et de limitation d’exercices professionnel ou commercial ? C’est un “Après Aïd sans déconfinement mais “sous conditions” auquel aspirent les Algériens, à l’instar des autres pays du monde touchés par la pandémie du Covid-19 comme l’Espagne et l’Italie. Le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, n’est pas allé par trente six chemins pour annoncer un prochain déconfinement “sous conditions”. Le premier souci du secteur de la santé réside dans la prise en charge dans une première étape des femmes enceintes et des cancéreux, mis à mal par la pression induite par le manque de lits et de structures hospitalières, lors de la période faste de transfert de personnes atteintes du Coronavirus. Conjoncture oblige, le ministre du secteur stratégique a dévoilé les principaux axes constituant les priorités du secteur après la levée du confinement. Dans un entretien, le ministre de la Santé a fait savoir que le premier axe de ce programme, mis en œuvre après l’élaboration de tous les textes juridiques, avait trait à la prise en charge des femmes enceintes. Tout compte fait, le ministre a déploré la surcharge des services de gynéco obstétrique au sein des hôpitaux. Cette situation « ne sied pas au secteur », ce qui a amené les pouvoirs publics à « chercher des solutions efficaces, en recourant à la signature d’une convention entre les établissements hospitaliers relevant du secteur privé et la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS), pour optimiser la prise en charge des femmes enceintes, à travers toutes les régions du pays, pour mettre un terme à cette situation ». Le deuxième axe concerne le dossier des cancéreux, a-t-il indiqué, ajoutant que des visites sont effectuées dans certains Centres anti-cancer (CAC) pour les rendre « plus rentables ». D’autres centres seront prochainement ouverts, à l’instar de celui de Djelfa, a-t-il précisé. Dans ce contexte, il a rappelé la relance des comités de prévention et de traitement anti-cancer et du deuxième plan qui devait être lancé en mai courant et qui a été reporté, suite à la propagation du Coronavirus, soulignant que « le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, accorde un intérêt particulier à ce plan dans tous ses aspects, notamment celui de la prévention, en impliquant l’ensemble des secteurs ». Après avoir indiqué que « des études seront réalisées sur tous les types de produits alimentaires importés, étant donné que certains de ces produits peuvent être un facteur de risque de certains types de cancer en Algérie », le ministre a mis en exergue l’importance de la participation de tous les secteurs en la matière. Abordant également l’éloignement des rendez-vous de radiothérapie, notamment à Alger et Blida, M. Benbouzid a assuré que le problème sera résolu, après le lancement de la plateforme numérique dédiée à la question, retardée en raison de la propagation de la Covid-19. Le ministre a, d’autre part, évoqué le problème de surcharge des services des urgences médicochirurgicales (UMC) dans les grands hôpitaux du pays, annonçant « un plan d’organisation de ces services en vue d’alléger la surcharge qui pèse sur ces services ». Pour ce faire, le ministre a fait savoir que « près de 80 cliniques de proximité seront équipées après leur dotation en spécialités, pour remplacer, ainsi, certains UMC des hôpitaux, tout en étant proches du citoyen ». Ces cliniques « seront mis en service après l‘éradication du Covid-19″, a-t-il précisé. Le ministre a ajouté qu’ »il sera remédié à tous les dysfonctionnements dont pâtit le secteur après l’installation de l’Agence nationale de veille sanitaire qui jouera un rôle important dans la réforme du secteur ». Concernant la levée du confinement induit par la propagation du Coronavirus, le Pr Benbouzid a estimé que le déconfinement était une mesure « indispensable », ajoutant que « l’Algérie s’y est préparée après l’enregistrement d’un recul dans le nombre de cas d’infection au Covid-19 et de décès ».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*