Accueil » Oran » Pôle urbain Ahmed Zabana : Un Aid sans eau pour les habitants

Pôle urbain Ahmed Zabana : Un Aid sans eau pour les habitants

Les habitants du nouveau pôle urbain Ahmed Zabana se souviendront de ce Aid El Fitr. En effet, avec les contraintes résultées par les mesures de confinement, décrétées par les hautes instances de l’Etat, et ce, dans l’optique de lutter un tant soit peu contre la propagation inquiétante du Coronavirus, les résidents ont fait face à un embarras de taille, à savoir des robinets secs. Ce problème tellement récurrent ne quitte pas les villes algériennes, en dépit de toutes les assurances des hauts responsables et les enveloppes budgétaires allouées pour permettre une meilleure distribution de l’eau et de l’amélioration de sa qualité. Il n’est pas sans savoir que le programme opéré par la SEOR, qui ravitaille la cité en eau un jour sur deux, n’était pas du goût des citoyens. Ces derniers qui n’ont pas tardé à se plaindre chez les bureaux de la SEOR notamment celui sis à Misserghine, menacent de monter au créneau et de demander l’intervention immédiate du wali. Force est de constater que leurs doléances ne sont notées que chez les opérateurs qui répondent au téléphone vert, les résidents de ce pôle urbain, que les autorités de la wilaya identifient comme une cité connectée et intelligente, n’ont pas mâché leurs mots en pointant du doigt accusateur les responsables de la SEOR qui n’ont rien fait pour régler un problème qui ne devrait plus exister en ce temps de modernisation. Très remontés contre la SEOR, les résidents demandent des explications et des mesures d’urgence pour rétablir l’eau: « J’ai passé mon pire Ramadhan à cette cité, dépourvue de toutes les commodités nécessaires. En premier temps, l’eau coulait depuis les robinets un jour sur deux, depuis le mi-Ramadhan, l’eau se fait désirer car nous restons sans eau pendant plus de cinq jours. » Avec toutes la tristesse et l’amertume, les habitants du site 1 de l’AADL Ahmed Zabana se disent outrés, car ils n’ont pas trouvé une oreille attentive et des responsables à l’écoute de leurs doléances. A vrai dire, ce n’était guère facile pour les résidents de passer l’Aïd sans eau, car certains affirment qu’il n’ont pas fait leur toilette en prévision de ce jour sacré. « Vous vous rendez-compte, les enfants ont porté de nouveaux vêtements sans prendre une douche. C’est vraiment désolant ce qui se passe au niveau de cette cité qui demeure délaissée. Les services de la SEOR sont accusés dene se préoccuper guère des revendications légitimes des résidents et nous envoient balader à chaque fois que l’eau est coupée », s’est exprimé un autre résident que nous avons rencontré. Certains redoutent le pire car l’hygiène de l’environnement au sein de cette cité ne semble plus une priorité pour les responsables locaux. « Encore une fois, la SEOR rate de marquer positivement ce rendez-vous, manque à son devoir de garantir l’eau depuis les robinets et contribue à approfondir les malheurs d’une population qui ne sait plus à quel saint se vouer », affirme-t-on.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*