Accueil » Actualité » Assouplissement des mesures de confinement : «Tout dépend de la situation épidémiologique»

Assouplissement des mesures de confinement : «Tout dépend de la situation épidémiologique»

Aujourd’hui encore, force est de s’apercevoir que le ministre de la Santé se veut “intransigeant” et laisse entendre que le déconfinement n’est pas pour le moment, car dit-il , il faudrait attendre l’amélioration de la situation épidémiologique. La deuxième prolongation de 15 jours des mesures sanitaires préventives et de lutte contre la propagation du Coronavirus en Algérie expire en principe le 29 mai. A moins de neuf jours de l’arrivée à terme de ce second ultimatum sanitaire et alors que les Algériens sont restés “confinés” partiellement durant le Ramadhan et l’Aïd El Fitr, la pression de la rue monte sans cesse malgré l’appel du ministère de la Santé à la vigilance et à l’observation des consignes sanitaires. Un certain sentiment de lassitude s’est emparé de la population à laquelle pourtant il était reproché, il y a trois semaines, de ne pas avoir respecté comme il se doit, ou assez, les mesures sanitaires contre le Covid. Alors que juin, mois des vacances et des voyages, pointe à l’horizon, la majorité écrasante des Algériens se demandent s’ils vont enfin pouvoir profiter du ciel d’azur des côtes et du soleil de bronzage régnant ces jours-ci sur le territoire national, après les dernières pluies intenses. Faire du tourisme, dresser une tente ou louer un appart dans un hôtel ou un complexe touristique est-il désormais possible? Pourra-t-on aller librement et “sans pression du confinement” à la plage ? Le ministre de la Santé recommande de ne pas jouer avec le feu. L’assouplissement des mesures de confinement, instaurées pour lutter contre la propagation du Coronavirus, est tributaire de l’amélioration de la situation épidémiologique, a en effet affirmé, jeudi à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderahmane Benbouzid. « Lorsque la courbe (du nombre de contamination et de décès dus au Coronavirus) s’améliore, lorsque les chiffres baisseront, lorsqu’on aura suffisamment de certitudes qu’il n’y a pas de foyers qui dérangent, on proposera des mesures de déconfinement », a-t-il déclaré sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale. Autrement dit, le déconfinement ne pourrait être envisagé que « s’il y a des indices favorables », selon le ministre de la Santé. M. Benbouzid a souligné, à ce titre, que la référence pour aller vers cette mesure reste « les chiffres concernant le nombre de contamination et de décès ». « Si la décrue est entamée et que cela devient durable, il arriverait un moment, jamais je ne vous dirais quand et personne ne vous dira quand, à ce moment-là, on engagera des mesures de déconfinement graduel », a-t-il expliqué, précisant, toutefois, que l’Algérie pourrait lancer un plan de déconfinement lorsque le nombre de contaminations passera sous la barre des 50 cas par jour. Mais, pour le moment, a-t-il poursuivi, « il n’y a aucun plan de déconfinement mis en place ». Le ministre soutient, toutefois, que la situation épidémiologique est « plus ou moins stable » et que l’Algérie est « sur une courbe en dents de scie ». M. Benbouzid a mis en garde, par ailleurs, contre la « résurgence de l’épidémie », affirmant qu’en cas de déconfinement, « certaines mesures, notamment le port du masque, resteront obligatoires ». Il a écarté, en outre, un durcissement des mesures de confinement après le 30 mai. « Nous sommes beaucoup plus dans la réflexion d’allégement que de durcissement des mesures de confinement », a-t-il affirmé.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*