Accueil » Actualité » Célébration de l’Aïd El Fitr cette année : L’esprit de la fête n’y est pas !

Célébration de l’Aïd El Fitr cette année : L’esprit de la fête n’y est pas !

C’est justement la décision prise par M. Abdelaziz Djerad,
Premier ministre. « En application des directives du Président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, lors de la réunion avec les membres du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), le Premier ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad, a décidé la mise en œuvre de mesures complémentaires de prévention à observer à l’occasion de la fête de Aïd El Fitr, indique un communiqué des services du Premier ministère ». En plus de l’application d’un confinement partiel à domicile de 13h00 jusqu’au lendemain à 07h00 à toutes les wilayas durant les deux (02) jours de la fête de l’Aïd El Fitr », la circulation de tous les véhicules, y compris les motocycles, sera également suspendue entre les wilayas et à l’intérieur de la wilaya, durant ces deux journées de l’Aïd. La mise en place de ces mesures feront que cette fête ne sera pas comme à l’accoutumée et l’amputera des rituels habituels comme le recueillement aux cimetières, la prière de l’Aïd, les visites familiales et aux proches hospitalisés. « On doit s’adapter à cette situation pour se préserver contre cette pandémie, en fêtant quand même cette fête en famille retreinte », diront unanimement les imams qui exhortent les citoyens et la société civile à véhiculer le message «de piété, de joie, de fraternité et de communion, conformément aux préceptes de l’Islam ». « Oui, les moyens modernes le permettent, maintenant, pour faire passer les messages de réconciliation de paix à tout le monde », insiste-t-on, en exhortant la population à rester chez elle et éviter les regroupements pour stopper la propagation de cette pandémie. Ce sont justement ces regroupements qui favorisent la propagation du Covid-19, c’est ce que confirment les enquêtes épidémiologiques réalisées par les services spécialisés du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière qui « ont révélé que la majorité des cas de contamination a été enregistrée à l’occasion d’événements familiaux et de regroupement de personnes », relève le communiqué des services du Premier ministère. Pour cette occasion de l’Aïd, le gouvernement fait appel « au sens de la responsabilité individuelle et collective et à l’extrême vigilance des citoyens », en les exhortant « d’éviter toutes les situations qui favorisent la propagation de l’épidémie du Coronavirus, en particulier les attroupements de personnes et les regroupements familiaux ». Cela s’appliquera aussi par « la nécessité d’observer les mesures de prévention et les règles d’hygiène et de distanciation sociale ainsi que l’obligation de porter un masque de protection, en toutes circonstances et en particulier dans les espaces publics fermés ou ouverts, tels que les marchés, les souks et les cimetières », insiste le gouvernement dans son appel qui prévient que « le défaut de port du masque sera sanctionné ». Ces mesures prises par le gouvernement ont été saluées par la société civile dont des associations ont déjà tiré la sonnette d’alarme, concernant le non respect des mesures de prévention et les règles d’hygiène et de distanciation sociale durant le Ramadhan. Durant les premiers jours de ce mois sacré, si le confinement sanitaire qui a été avancé à 17h, pour permettre aux familles de faire leurs courses, a été respecté, il n’a pas été de même pour les mesures de protection contre la propagation de ce virus. Devant les magasins, les supérettes et marchés, des chaînes interminables se formaient et parfois des familles entières sortaient pour faire leurs courses. Le gouvernement a réagi certes par la fermeture de certains commerces, mais cela n’a pas empêché certains magasins de vêtements, vaisselle et produits de gâteaux, de travailler la porte à demi-ouverte. S’agissant de la célébration de l’Aïd El Fitr de cette année, l’Association d’astronomie algérienne « Sirius » prévoit qu’il se fera le dimanche 24 mai 2020. S’appuyant sur les données astronomiques, cette Association indique que «l’observation du croissant lunaire tant à l’œil nu qu’à l’aide d’instruments, sera impossible le vendredi 22 mai », en précisant que « la conjonction lunaire aura lieu cette année le jour même de la nuit du doute, soit le vendredi 22 mai à 18h39 : heure algérienne ». «La lune se couchera avant le soleil au soir de cette même journée du 22 mai », explique Sirius qui prévoit que le mois de Ramadan 1441/2020 devrait compter 30 jours et la célébration de la l’Aïd El Fitr se ferait, en Algérie, le dimanche 24 mai 2020, correspondant au 1er Choual 1441. Pour sa part, le ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs, en concertation avec la Commission nationale de l’observation du croissant lunaire, a fait savoir à travers un communiqué rendu public que la nuit du doute consacrée à l’observation du croissant lunaire du mois de Choual pour l’année 1441 de l’Hégire a été fixée au vendredi 22 mai, déterminant le jour de l’Aïd El Fitr 1441/2020. A cette occasion, une conférence sera organisée, après la prière du Maghreb à Dar El Imam, à El Mohammadia, Alger, et retransmise en direct comme habituellement, par les médias audiovisuels. En France où il y a une forte communauté musulmane, la grande mosquée de Paris a fixé également la nuit du doute, dans l’Hexagone, pour la journée de vendredi. Cependant, il convient de rappeler que seul le comité des croissants lunaires relevant du ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs est habilité à déterminer la fin du mois du jeûne et de se prononcer sur la date effective de l’Aïd El Fitr.

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*