Accueil » Actualité » A quelques encablures de la fête de l’Aïd El Fitr : Le port du masque désormais obligatoire

A quelques encablures de la fête de l’Aïd El Fitr : Le port du masque désormais obligatoire

Signalons à cet effet et en prévision de la fête de l’Aïd El Fitr, en cette crise sanitaire,le président Tebboune s’est réuni, ce lundi dernier, avec les membres du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), en présence du Premier ministre. Le Comité scientifique et le ministre de la Santé avaient recommandé un confinement total et général au niveau national, durant les deux jours de l’Aïd, afin d’éviter une nouvelle propagation de l’épidémie du Coronavirus. L’Algérie est appelée à maintenir son degré de vigilance pour sauver ses citoyens de la contamination, devant le non respect des consignes de confinement, des mesures de distanciation sociale et du port désormais obligatoire des masques ou bavettes. Quant à la réunion de concertation entre le président Tebboune et le HCS, celui-ci aurait décidé de maintenir le dispositif de confinement actuel qui a «prouvé son efficacité», selon les termes utilisés dans le communiqué qui a sanctionné cette réunion d’extrême urgence. La proposition du Comité scientifique d’instaurer un confinement total pour les derniers jours du Ramadhan et l’Aïd El Fitr n’a pas été retenue. Pourtant, les pouvoirs publics avaient décidé du maintien du confinement après l’Aïd devant cette propagation de la pandémie, avec son lot quotidien de cas contaminés, de décès et de patients rétablis, selon le point de presse quotidien du Pr Djamel Fourar. Ils étaient unanimes dans leur constat que le port du masque est tout aussi efficace que le confinement sanitaire d’où l’impératif de rendre son port obligatoire pour tous. Le président Tebboune a ainsi instruit Abdelaziz Djerad de l’examen des mesures complémentaires au confinement sanitaire, à l’occasion de l’Aïd El Fitr, tant en ce qui concerne la durée horaire du confinement que la garantie des masques, les déplacements entre wilayas et la visite des cimetières, selon le communiqué de la présidence de la République. Le président de la République et le Haut Conseil de Sécurité qui se sont réunis, en fin de semaine dernière, avaient, chacun pour sa part, exprimé des avis mitigés sur le durcissement du confinement qui devra incontestablement, selon eux, être total, pour les derniers jours du Ramadhan et l’Aïd El Fitr. Rappelons à cet effet que le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière avait, depuis Tipasa, averti que l’obligation par la force de la loi, du port de la bavette de protection « ne serait pas à écarter », si la propagation de l’épidémie du nouveau Coronavirus, en Algérie, persistait, et que la situation n’était pas sous contrôle. Bien avant, le ministre de la Santé n’avait cessé d’interpeller les plus récalcitrants parmi les Algériens sur le port impératif de la bavette. Selon ses propos, si la propagation de l’épidémie du Covid-19 persistait et qu’elle n’était pas sous contrôle, il serait possible que le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie recommande aux autorités l’obligation du port du masque, par la force de la loi », selon Abderrahman Benbouzid, qui accompagnait le ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, dans une visite de travail dans la wilaya, pour s’ enquérir de visu les ateliers artisanaux de confection locale des bavettes et masques.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*