Accueil » Actualité » Partis politiques Ouyahia fait-il peur?

Partis politiques Ouyahia fait-il peur?

La guerre des tranchées a bel et bien commencé, à quelques encablures des futures joutes électorales de 2017. Des duels se forment et pullulent au moment où certaines formations refusent les Alliances. Si les islamistes sont actuellement en mauvaise posture, le FFS fait cavalier seul, victime de ses vicissitudes familiales qui sont l’œuvre des gendres de feu DA L’Hocine, selon la dernière sortie de son ex-SG Karim Tabou. Par contre, les partis du Pouvoir, tel le FLN, veulent se réconcilier avec l’opposition. Djamel Oueld Abbes ouvre les visites et le ballet des pourparlers ce qui d’ailleurs n’est pas pour plaire à Menacera qui a tiré sur le premier responsable du Front après avoir reçu son frère ennemi Abou Djerra Soltani du MSP. Djilali Sofiane qui ne croit pas aux élections vient de jeter un pavé dans la marre en affirmant que ces «joutes électorales sont une mauvaise comédie» et que par conséquent, l’APN n’est autre qu’un outil d’habillage juridique pour le gouvernement (…). Le pouvoir s’octroiera une majorité confortable tout en se réservant à une opposition participationniste. Pour lui, ce partage de sièges est plus qu’évident et les quelques sièges réservés pour cette opposition «participationniste» permettent au pouvoir de se prévaloir d’une légitimité démocratique. Selon certains observateurs, pour qui, le SG de Djil Djadid qu’on se dit incapable de briguer un siège parlementaire après les échecs cuisants de son ex et actuel parti, veut être sous les feux de la rampe en refusant de se présenter aux futures joutes électorales? Cette décision était fortement critiqué par l’ex-SG du FLN, Amar Saadani, lorsqu’il a ouvert le feux sur l’ex-patron du DRS et sur l’ex-candidat aux présidentielles, Rachid Nekkaz, en disant que «ce Sofiane», selon l’expression utilisé par Saddani, «n’a même pas de base pour prétendre ne pas se présenter aux législatives de 2017». Le patron de Djil Djadid a fait «transmettre» au directeur de cabinet de la présidence et patron du RND ses ambiguïtés et ses contradictions pour la simple raison qu’Ouyahia ambitionne de briguer un siège au palais d’El Mouradia? Ahmed Ouyahia est-il présidentiable? Nul doute pour Djilali Sofiane qui axe sur la dernière sortie du premier responsable du Rassemblement et son soutien indéfectible en dépit des maladresses commises envers un premier ministre et son staff gouvernemental. Il rejette de facto l’option d’inexistence d’inimitié de la part d’Ouyahia envers l’actuel premier ministre Abdelmalek Sellal et dira en outre que «le soutien du chef du cabinet de la présidence au président du FCE, après ce qui s’est passé lors du dernier de l’événement africain sur l’investissement, «n’est autre qu’une attaque d’Ouyahia contre Sellal et son Gouvernement ( …)» ajoutant qu’Ouyahia se prépare pour succéder à Abdelaziz Bouteflika. «Pas uniquement quand je me rase », cette célèbre affirmation émanait de l’ex-président français Nicols Sarkozy lorsque les journalistes l’interrogeaient sur ses prétendues ambitions de briguer un mandat présidentiel et Ouyahia n’a pas commenté lorsqu’on lui a rappelé lors d’une conférence de presse tenue en 2010.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*