Accueil » Actualité » Une commission d’enquête dépêchée à l’hôpital Rass El Oued après le décès de Wafaa Boudissa : Qui en est le responsable?

Une commission d’enquête dépêchée à l’hôpital Rass El Oued après le décès de Wafaa Boudissa : Qui en est le responsable?

Qui aurait tendance à faire dans l’abus de pouvoir jusqu’à commettre un crime envers deux individus innocents? Faut-il juger les auteurs et qui sont-ils pour ce crime abject envers une jeune femme médecin et son futur bébé? Est-ce le directeur de la Santé de Sétif, le directeur de l’hôpital ou le chef de service où exerçait la défunte pour avoir failli à leurs responsabilités. Il est urgent de revoir la gestion de nos hôpitaux, sinistres depuis des lustres pour un constat de visu sur l’indifférence et le laxisme de leurs responsables que ce soit envers leur propre personnel ou envers les malades aussi. Après le témoignage accablant de la belle-mère de la défunte, on ne peut que conclure qu’effectivement et aux yeux de la loi, il y a bien eu un « crime prématuré » puisque le responsable de l’hôpital où exerçait la défunte, la jeune doctoresse Boudissa- Samara, avait refusé de lui notifier son congé de maternité, puisque son système immunitaire, de par son statut de femme enceinte de son 08ème mois, ne peut lui permettre d’exercer ses fonctions de médecin, l’obligeant à exercer dans de terribles circonstances, allant jusqu’à faire fi des dernières consignes du Président Tebboune et de son Premier ministre Djerrad. Raison pour laquelle l’Inspecteur général du Département de Ben Bouzid a été dépêché, hier, à l’hôpital de Rass El Oued de la wilaya de Sétif, pour faire la lumière sur cette affaire qui a défrayé la chronique pour absence d’humanisme qui a coûté la mort à deux êtres humains: une femme et son nourrisson. Il s’agit de l’ouverture d’une enquête sur les circonstances du décès de la jeune doctoresse Wafaa Boudissa, enceinte, et contaminée par la pandémie du Coronavirus, en plein exercice de ses fonctions .Y a-t-il péril en la demeure puisque les instructions du Président Tebboune, tout au début de cette crise, qui étaient de libérer les femmes enceintes en cette crise sanitaire caractérisée par la pandémie du Covid 19, n’ont , apparemment, pas été sérieusement appliquées ni même prises en charge par les responsables du secteur de la santé. Le décès dans des conditions opaques de la jeune médecin Mme Wafaa Boudissa a jeté de l’émoi chez les Algériens qui ont été secoués par cette terrible nouvelle, celle de mourir dans des conditions pareilles où le responsable hiérarchique a refusé de libérer la défunte de ses tâches. Ce sont les propos de S.Z, la belle-mère, diffusés par la chaîne privée « Ennahar » où elle a affirmé que feu Dr Boudissa n’avait pas été libérée pour cause de grossesse par le responsable de l’hôpital. Le ministre de la Santé, Abderrahmane BenBouzid, accompagné par la ministre de la Solidarité, Kaouthar Kirikou, ont été, eux aussi, pour leur part, chargés par le Président de la République de faire un constat au domicile mortuaire, à Ain El Kébira, dans la wilaya sus citée, sur les terribles circonstances de cette mort tragique qui a jeté de l’émoi parmi les Algériens, consternés en ce mois sacré du Ramadhan en plein confinement, dû à la crise sanitaire et qui ont vite fait de compatir au sort de sa petite famille mais surtout son jeune époux et sa petite fille, âgée à peine de 03 ans. Les obsèques du Dr Boudissa Wafa, épouse Samara, qui s’est éteinte, à l’âge de 28 ans, avec son bébé, ont eu lieu, ce samedi après-midi, à Sétif, en présence des membres de sa famille et de citoyens qui ont respecté les mesures de distanciation sociale.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*