Infos
Accueil » Régions » Le ministre de la Santé à Bouira: Plusieurs projets inspectés

Le ministre de la Santé à Bouira: Plusieurs projets inspectés

Le ministre de la Santé et de la réforme hospitalière était hier en visite d’inspection et de travail dans la wilaya de Bouira. Le premier point inspecté par le ministre Abdelmalek Boudiaf était le projet de réalisation du nouvel hôpital d’une capacité de 120 lits situé dans la ville de Aïn Bessem à l’Ouest de la wilaya de Bouira. L’enveloppe allouée à cette infrastructure est estimée à 960 millions de dinars. Ce projet a été lancé le mois de juin de l’année 2015 pour un délai de réalisation de 24 mois. Puis, la délégation ministérielle s’est dirigée dans le sud du chef-lieu de la wilaya de Bouira plus exactement dans la ville de Sour El Ghozlane, le ministre a inspecté la nouvelle unité médicochirurgicale (U.M.C) d’une capacité d’accueil de 60 lits où cette unité est en voie de finition à qui un somme de 430 millions de dinars lui a été allouée et selon le chef du projet, cette unité sera opérationnelle au début de l’année prochaine donc au mois de janvier 2017. Cette unité est dotée d’un pavillon d’hospitalisation, d’une maternité, d’un bloc opératoire, d’un service d’imagerie médicale et de laboratoires. Toujours dans son périple, le ministre s’est rendu plus loin dans les confins du sud de la wilaya de Bouira, dans la commune de Bordj Okhriss. Là, M.Boudiaf a inspecté le chantier du futur hôpital d’une capacité de 80 lits où ce projet accuse un très grand retard dont le taux d’avancement des travaux ne dépasse pas les 40%. Pour rappel, ce projet a été lancé depuis l’année 2007 et d’après le chef du projet, cet hôpital sera réceptionné au mois d’août 2017 pour un montant de 436 millions de dinars et dans le même ordre d’idées, le ministre a animé un point de presse. D’ailleurs, il a donné des réponses évasives où il a carrément éludé plusieurs questions d’actualité qui fâchent au sujet de «la potion magique» connue sous le nom du médicament «RHB» puis devenu complément alimentaire. Le ministre a répondu de manière évasive en disant: «Ceci ne m’intéresse pas» en esquissant «un sourire sous cape». Et toujours dans les mêmes pratiques moyenâgeuses, le ministre a été interpellé au sujet de la clinique privée du «raqui» Belahmar. A cette question, le ministre a répondu: «qu’il ne le connaît ni d’Eve et ni d’Adam». Pour ce qui est du futur code de la Santé lequel a tardé pour voir le jour, il dira: «Qu’il sera présenté devant l’APN en janvier 2017». Ce code est capital et essentiel pour le bon fonctionnement du secteur de la santé, une fois adopté et bien sûr, il sera appliqué avec «célérité et rigueur». Par ailleurs, M.Boudiaf, et suite à plusieurs doléances formulées dans le passé par les citoyens et relayé par le directeur de la santé au sujet du manque flagrant de gynécologues, a fait savoir que l’hôpital de Bouira va incessamment bénéficier de 05 gynécologues. Pour ce qui est du bilan chiffré donné par le directeur de la Santé, il en ressort que la wilaya compte 05 établissements de santé publics de proximité (EPSP), 34 polycliniques, 143 salles de soins et 05 hôpitaux d’une capacité d’accueil de 1.085 lits.

À propos TAIB HOCINE

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*