Accueil » Oran » Modérer la consommation évitera la surenchère et établira un équilibre social : Le Covid 19 aura-t-il un impact sur le Ramadhan?

Modérer la consommation évitera la surenchère et établira un équilibre social : Le Covid 19 aura-t-il un impact sur le Ramadhan?

Le comportement des Oranais, s’agissant de l’excès de consommation et les achats, amenant au gaspillage, résistera-il, en ces temps de Coronavirus? A vrai dire, les courses et le remplissage des couffins font parti des grandes préoccupations des Oranais, avant, durant et à la fin du Ramadhan, mais les temps ne sont pas les mêmes et les priorités ont complètement changé. Ajouter à cela, le temps est plutôt réduit à cause du confinement tandis que les moyens de transport ne sont pas disponibles à volonté, pour espérer faire ses emplettes en toute quiétude. Un mot d’ordre général, les millions de baguettes de pain et les litres de lait achetés durant le mois sacré ne doivent plus finir dans les poubelles car la conjoncture oblige tout un chacun de se comporter en bon musulman et citoyen. En effet, des milliers de familles et pas de moindre se trouvent dans une situation financière peu enviable et délicate, du fait du confinement, du coup, leur pouvoir d’achat n’est pas au même pied d’égalité avec ceux qui dépensent pour jeter de l’argent par la fenêtre et qui créent la surenchère. Du reste, tolérance zéro pour le rush sur les produits de large consommation et par là même au gaspillage. D’habitude, durant le mois sacré de Ramadhan, les Algériens gaspillent beaucoup de produits alimentaires, notamment le pain. Il faut dire que même les pratiques vont devoir changer avec la nouvelle tendance observée chez les familles Oranaises qui préfèrent cuisiner le pain à la maison que de se bousculer pour quelques baguettes et se mettre du reste en danger de contamination. Un autre fait marquant, c’est l’utilisation du blé complet pour confectionner du pain à la maison, le pain fait à la semoule est, également, le roi des tables, en ces temps de vaches maigres, ce qui augure, selon les spécialistes, un changement relativement radical dans la manière de dépenser et de s’alimenter. En outre, ces comportement vont, inéluctablement, faire économiser à l’Etat des sommes conséquentes lesquelles peuvent être dépensées dans de meilleures affaires. Enfin, avec tout ce qui se passe dans le pays, le mois de sacré de Ramadhan devra être l’occasion pour réguler notre consommation et modérer nos achats pour permettre un équilibre social.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*