Accueil » Oran » Oran, Baisse de cadence chez les entreprises du bâtiment à cause du Coronavirus : Le rêve des souscripteurs ruiné

Oran, Baisse de cadence chez les entreprises du bâtiment à cause du Coronavirus : Le rêve des souscripteurs ruiné

Les entreprises du bâtiment font face à d’énormes difficultés.
L’impact du coronavirus sur l’économie est indéniable. Il faut dire que le contexte économique et social était, pour certaines structures, déjà compliqué depuis quelques temps, la pandémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver les choses pour ce secteur. Les difficultés rencontrées dans divers activités quotidiennes à cause de la crise sanitaire qui touche le pays mais aussi d’autres pays d’où nous importons les matières premières et les équipements. Bien que le gouvernement et les différentes autorités compétentes, sans oublier le système bancaire et financier, aient annoncé des mesures exceptionnelles pour épauler les entreprises dans cette épreuve elle aussi exceptionnelle, les conséquences du confinement se font sentir à de nombreux échelons de la chaîne de valeur, et se feront encore sentir pendant plusieurs semaines, voire des mois. Des chantiers sont à l’arrêt et des employés sans salaires depuis plus d’un mois, voilà l’impact direct du coronavirus sur le seul secteur qui n’avait pas connu de répit. Pis encore, des projets ont été annulés, suite aux directives des autorités, et ce, dans le souci de freiner la propagation du virus.
Les travaux, chez aussi bien les grandes entreprises étatiques que privées lesquels ne devaient durer qu’une dizaines ou plus de jours ont été forcés à l’arrêt, par voie de conséquence placer les travailleurs en chômage partiel. En fait, le télétravail n’est évidemment pas possible pour tous ces types d’emplois, et dans ce cas, seules les employés de l’administration y auront recours, mais la grand partie du travail est assurée par les employés qui sont sur le terrain. N’étant pas tombé à point nommé, la pandémie a ruiné le rêve des souscripteurs aux formules AADL, LPA et social qui attendent avec impatience la fin des travaux sur les chantiers. La pandémie affecte, également, l’activité des artisans dans le sens où la majorité observe un arrêt obligatoire. En effet, les mesures de confinement obligent certains à baisser rideau et éviter le pire. Un ferronnier du quartier nous dira: « J’ai décidé d’arrêter mes deux employés. Le risque sanitaire est trop grand. Certains chantiers nous relancent, malgré la situation. Je ne peux garantir la sécurité sanitaire de mon équipe et bientôt je ne pourrais garantir leur paiement ». Une situation qui n’est pas vécu de la sorte pour d’autres entreprises qui assurent le minimum et essayent tant bien que mal d’achever les chantiers déjà lancés. Vraisemblablement, le secteur du bâtiment qui soutraite avec une multitude d’artisans et autre métiers, a été sérieusement touché voire freiner dans son élan car même l’Etat mise sur l’achèvement et la réception de projets structurels pour passer à d’autres créneaux. Résultats des comptes, un retard de plus de deux mois va être ajouté aux mois voire les années perduzs, en ce qui concerne les projet dont la réception a été reportée aux calendes grecques.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*