Accueil » Actualité » Alors que le ministre de la Communication appelle la presse à maintenir son activité : Les distributeurs et les buralistes ne jouent pas le jeu

Alors que le ministre de la Communication appelle la presse à maintenir son activité : Les distributeurs et les buralistes ne jouent pas le jeu

La presse écrite est quasi absente chez les buralistes de puis maintenant presque une semaine. Ce n’est ni à cause de panne au niveau des imprimeries, ni une cessation d’activité des éditeurs. Le problème est tout autre. En fait, ce sont les distributeurs qui refusent d’assumer leur tâche. Mise à part un ou deux titres, toute la presse, qu’elle soit nationale ou locale, n’est plus distribuée. Sachant que la distribution est le dernier maillon de la chaîne pour permettre aux lecteurs de trouver le matin leurs journaux et bien, ce maillon-là fait défaut. Les lecteurs sont privés de leurs titres préférés et les éditeurs sont en train d’enregistrer des pertes sèches. Pourtant, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, tout récemment, a appelé la presse, et les médias d’une manière générale, à maintenir leur travail et continuer à assumer leur rôle, celui d’informer les citoyens. Il est vrai qu’en ces temps de Coronavirus et de confinement, l’exercice du journaliste est très perturbé à l’instar de certains autres métiers. Cependant, ce rôle est quand même assumé. Mais le travail du journaliste ou celui de l’éditeur n’est pas tout si le reste des autres fonctions, la diffusion et la distribution, n’est pas assuré. Et ce n’est pas tout. De nombreux buralistes ont préféré baisser rideaux et cesser le travail. Dans les grandes villes, les buralistes ouverts sont très peu nombreux et les étals de journaux sont désespérément vides. Cela cause de nombreux désagréments aux titres de la presse qui doivent non seulement assurer un service public mais en sachant pertinemment que les exemplaires imprimés, du moins une grande partie, ne seront pas distribués. Il est peut-être préférable que les pouvoirs publics publient des communiqués pour expliquer aux uns et aux autres de maintenir le travail, plus particulièrement les buralistes dont certains affirment qu’ils ont été sommés de fermer. Qui a donné cet ordre? Personne ne peut le dire d’une manière explicite. En attendant, le tirage des journaux se maintient dans l’espoir de voir tous les buralistes ouverts et les titres présents dans les étals.

À propos B.L.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*