Accueil » Chronique » Point de Vue : Distribution de la presse Une désagréable perturbation

Point de Vue : Distribution de la presse Une désagréable perturbation

Bien sûr! Et sans nul doute, c’est la faute au Coronavirus et pas à ceux qui prennent, in justement, la contagion virale comme alibi, en vue de ne pas exécuter, convenablement, leur devoir, pour lequel, ils sont payés. Ces gens ont l’entier droit de réclamer de leurs employeurs, les mesures de sécurité adéquates, en vue de faire face à une probable contagion. Et de ce fait, l’absence de journaux des étalages n’est nullement justifiée. Nous sommes certes face à une situation exceptionnelle, due à une pandémie dont notre pays ne saurait faire exception. Le travail doit continuer à être exécuté, évidemment, dans le cadre des mesures de protection, qui s’y imposent dans ce genre de situation tragique. Si le confinement d’une majeure partie, de la population est justifié et du coup encouragé, l’autre partie ne doit pas s’esquiver du champ de bataille… Nous sommes en guerre ouverte contre un mal, un diable, un tueur sans pitié, invisible, imprévisible et insaisissable…un tueur silencieux qui ne fait guère de distinction de race, de religion ou de culture…Notre rôle, et en dépit de toute autre considération, est seulement de lutter et de résister, sans la moindre faille. Notre existence et notre survivance sur cette terre en dépendent grandement. En somme, nous n’avons pas assez de choix, devant nous : la résilience ou la mort. Retournons à nos « confrères » les distributeurs de la presse qui ont, injustement, failli à leur devoir …je ne connais pas les vraies raisons –objectives sans doute- qui seraient derrière cette faille. Mais, je tiens à rappeler dans ce sens, que nous sommes tous exposés à quelques impuissances, voire des moments de faiblesse, imposés par une conjoncture difficile et exceptionnelle. Nous ne sommes pas là, en vue de prononcer un réquisitoire contre nos collègues, mais, seulement un petit rappel, porteur d’un message d’amour, de respect et de solidarité corporative à tous ceux qui se partagent cette fracassante et tracassante profession qui n’est autre que le métier de l’édition, de la presse et du journalisme. Justement, c’est dans les moments difficiles et dramatiques, que la noble profession de la presse doit faire foi à toute épreuve. Elle est là, pour accompagner toutes les initiatives du gouvernement, leurs applications sur le terrain et les réactions du peuple vis-à-vis de ces initiatives, en se mettant au diapason de l’actualité mondiale. C’est de là, qu’il n’est pas permis de rater la moindre action …C’est par cette noble mission que les citoyens pourront suivre le cours des événements et de l’actualité, notamment quand un insignifiant virus invisible sème la panique parmi les citoyens et tuent froidement et impunément des gens innocents…

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*