Accueil » Actualité » Les laboratoires algériens ont reçu le feu vert pour sa production : Le traitement par la Chloroquine peut-il stopper le coronavirus?

Les laboratoires algériens ont reçu le feu vert pour sa production : Le traitement par la Chloroquine peut-il stopper le coronavirus?

Même si en Algérie aucun décès n’a été enregistré en ces dernières 24 heures, la vigilance et la prudence sont dictées pour tous. Toutefois, le Porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Pr. Djamel Fourar, a fait état, avant-hier, de 29 nouveaux cas confirmés au Coronavirus, portant le nombre total à 230 cas, annonçant qu’aucun décès n’a été enregistré ces dernières 24 heures. En attendant, les injonctions du président de la République ont eu l’effet escompté suite à l’instauration du couvre-feu dans la capitale algéroise pour éviter la propagation et la contamination dues au virus. Pour la wilaya d’Alger, il a été décidé : « un confinement, de 19 heures au lendemain à 7 heures du matin » précisant que « cette mesure sera étendue à toutes les wilayas où est apparue et où apparaitra le virus, conformément aux observations quotidiennes du ministère de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière ». S’agit-il d’une dichotomie entre citoyens et pouvoirs publics ? Seulement voilà que la suspicion a vite fait de se propager selon laquelle le confinement est total et ne peut être situé de 19h à 07 h du matin. Les griefs retenus contre cet aménagement horaire sont rejetés énergiquement puisque et pour se référer aux propos de Benbouzid, l’Algérie est passé au 03e degré, ce qui fait que la propagation du virus s’est domiciliée dans d’autres wilayas du pays. L’Algérie est entrée en phase 3 de l’épidémie du coronavirus et, par conséquent on doit se préparer au pire », avait déclaré, dimanche dernier, pour rappel Abderrahmane Benbouzid à la Radio nationale. S’exprimant, hier, sur les ondes de la radio chaîne 3, il a indiqué que ce sont les patients admis à l’hôpital de Blida, où sont concentrés les plus nombreuses personnes infectées par le virus, et à celui d’El Kettar, à Alger, qui commenceront à bénéficier de ce traitement. Le ministre de la santé avait rassuré que pour l’instant et grâce à ce protocole, l’Algérie pourrait traiter plus de 22.000 patients atteints de Coronavirus. Suivant les essaies effectués par quelques pays, le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus, a décidé de mettre en place un protocole concernant un traitement nouveau, basé sur un médicament local et d’importation. Cet antidote, disponible en quantités importantes, sera administré sur les sujets confirmés au Covid-19 », a révélé le ministre de la Santé. De quoi s’agit-il ? Il s’agit de l’association d’un générique traitant le malaria et deux autres médicaments ce qui donne une association de deux médicaments que sont Plaquinil + Zithromax qui sont pour l’instant le traitement annoncé en grandes pompes par le ministre de la santé. En France tous les débats sont focalisés sur le Pr Didier Raoult chef de services de l’institut méditerranéen de Marseille qui se dit être « convaincu de la pertinence de l’hydroxychloroquine pour traiter les patients atteints de Covid-19 », indique le quotidien régional français « La Provence ». En Algérie , notre pays vient d’adopter un protocole thérapeutique, la « Chloroquine », pour faire face au coronavirus. En effet, la Chloroquine est une molécule antipaludéenne d’usage courant dans le traitement du paludisme, des maladies rhumatismales et dans le lupus. Des études ont commencé en Chine en février 2020 et se poursuivent en Europe. « Elle aurait donné des résultats prometteurs contre le coronavirus covid 19 en augmentant les capacités immunitaires de l’individu. Elle est produite localement et en quantité suffisante pour traiter les patients selon le protocole établi par les experts » rapporte le communiqué du ministère de la communication. A l’évidence, il est attendu l’ouverture en urgence de trois annexes de l’Institut Pasteur pour les analyses et le dépistage du Coronavirus en sus de l’entrée en service d’un nouveau laboratoire de dépistage d’Oran, aujourd’hui 23 mars. Cette première inauguration sera accompagnée par l’ouverture imminente de deux autres unités, l’une au niveau de Constantine, le 25 mars prochain suivie d’un troisième laboratoire à Ouargla, prévu pour la semaine prochaine.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*