Accueil » Chronique » Pôle & Mic : Confinement total…

Pôle & Mic : Confinement total…

Comme prévisible, le confinement total a été décrété. C’est une question de « vie ou de mort », il n’y a pas trop de choix. Blida a été « fermée ». Des mesures ont été prises. Les mesures d’accompagnement sont encore attendues. Dans le dispositif, la circulation des personnes est presque interdite ou impossible pour toute personne ne disposant pas de véhicule. On aurait pu penser à laisser des taxis de continuer d’assurer leur service mais avec condition, comme limiter le nombre de clients avec d’autres mesures de prévention. Il faut revoir ce dispositif. Or, il y a des personnes qui continuent de travailler. Comment faire ? C’est là, toute la question. Mais la grande question qui hante les esprits, des commerçants, des journaliers et des manœuvres sont au chômage et donc pas d’entrées financières. L’Etat n’a rien prévu pour cette catégorie et les personnes travaillant dans l’informel. Selon des statiques, ceux exerçant dans le marché de l’informel sont plus d’un million de travailleurs. Un chiffre approximatif. Sous d’autres cieux et principalement en Europe, ce problème est inexistant, ce qui a facilité l’aide de l’Etat au citoyen au «chômage technique». Il faut, au plus vite, trouver une solution à ce problème qui pourrait tout « chambouler ». Le confinement semble être « nocturne » alors qu’il est total, soit jour et nuit où il est question d’éviter et d’interdire tout rassemblement plus de cinq personnes. C’est dans la journée qu’il faudra inciter le citoyen de rester chez lui et d’éviter le contact. Pour cela, il faut le dispenser de penser à lui rendre le confinement plus au moins agréable et de s’occuper de sa famille. Mais tant que le citoyen pense à aller travailler pour « vivre », il sortira et brisera des règles.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*