Accueil » Oran » Es-Sénia, Bir El Djir, Sidi Chahmi et Oran : Premières sanctions des commerçants défaillants

Es-Sénia, Bir El Djir, Sidi Chahmi et Oran : Premières sanctions des commerçants défaillants

A Bir El Djir, Es-sénia, Sidi Chahmi et Oran, plusieurs grossistes et commerçants pointés du doigt par les consommateurs ont été exhortés jeudi par les brigades d’inspection et de contrôle de commerce territoriales de «déstocker» leurs produits et de faire en sorte de garantir leur disponibilité sur le marché. Les agents de contrôle de commerce en application des dernières instructions du Président de la République Abdelmajid Tebboune ont passé au peigne fin, environ une cinquantaine (50) d’opérateurs entre détaillants et grossistes spécialisés dans la vente des fruits et des légumes et des produits de consommation stratégiques, (pain, viandes blanches et rouges, laits, sucre et café entre autres), lors des descentes improvisées de contrôle à la suite des accusations portées par les citoyens au sujet de la flambée des prix des produits de consommation intervenue, depuis l’annonce du premier décès pour cause de Coronavirus en Algérie et la polémique entretenue par des personnes occultes et sur des réseaux sociaux appelant à faire le stockage des denrées alimentaires pour parer à toute éventualité. Ces agissements aussi bien des commerçants concernés que des semeurs de propagande ont été «condamnés» dans le communiqué du chef de l’Etat qui a appelé à utiliser tous les moyens, notamment répressifs et les traduire devant la justice afin de dissuader ces derniers. C’est ainsi, que plus de 30 mises en demeure ont été dressées ces dernières trente six heures à l’endroit des opérateurs et des commerçants défaillants reconnus de «stockage illégal», de profit et de mauvaise utilisation des produits destinés aux consommateurs, ce qui va à contre courant des principes régissant la protection des droits des consommateurs. Il n’est pas inutile de noter que ce jeudi, une certaine accalmie des prix a été perceptible dans certains marchés à Oran à l’image de celui d’EL Hamri où le prix de la pomme de terre est, d’un coup, redescendue à 55 da au lieu de 100 da le kilo durant les quatre jours d’auparavant.

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*