Accueil » Actualité » Le Président Tebboune réitère son engagement pour l’édification d’une nouvelle République forte : «Une Algérie sans corruption, ni haine»

Le Président Tebboune réitère son engagement pour l’édification d’une nouvelle République forte : «Une Algérie sans corruption, ni haine»

Les célèbres paroles du feu Boumediene ont abouti à la « décolonisation » des richesses minières et pétrolières algériennes. Auparavant, exactement en 1956, fut la création de l’UGTA sous la férule de l’un des héros de la révolution, le FLN alors vitrine de l’Algérie libre. Quand on s’aperçoit de ces deux dates charnières dans la vie du pays, on n’a que les yeux pour pleurer les martyrs et les travailleurs décédés qui ont donné un vrai sens à la vie économique de l’Algérie. Le 12 décembre 2019 a été « la fin de la crise politique» avec l’investiture du premier président issu d’un scrutin présidentiel libre, authentique et démocratique qu’aura connue l’Algérie. 2020 c’est le début de la réforme économique.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune n’a pas fait l’impasse sur le double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures pour évoquer le « défi » auquel fait face aujourd’hui l’Algérie. Il s’adresse à nouveau aux travailleurs à l’occasion de ce double anniversaire quelques semaines après la Tripartite où des mesures touchant, dans la plupart la situation économique, ont été annoncées. A priori, c’est de l’avenir de l’économie et celle des travailleurs que Tebboune semble se soucier le plus en ce début de l’année 2020, selon des analyses. Cette « Algérie Nouvelle » dont parle sans cesse le président Tebboune peut-elle se faire «sans les travailleurs»? La réponse est automatiquement: «on». Le Chef de l’Etat algérien l’a fait savoir implicitement. Le devenir des travailleurs et l’outil économique avec ses riches entreprises industrielles économiques sont la «priorité» du Gouvernement de Abbdelaziz Djerrad. Le président Tebounne retrace le parcours économique laborieux de l’Algérie. Il a réitéré, lundi son « engagement» devant les Algériens « d’édifier une nouvelle République forte sans corruption, ni haine ». « En 1956, les travailleurs se sont unis contre le colonialisme, à travers la création du syndicat historique UGTA, sous la conduite du chahid Aissat Idir. En 1971, le leader Houari Boumediene a remporté le pari du recouvrement de la souveraineté sur nos hydrocarbures. Aujourd’hui, je réitère mon engagement envers vous, de hâter l’édification d’une nouvelle République forte sans corruption, ni haine », écrit ainsi M. Tebboune sur son compte Facebook. Le Président de la République avait adressé, lors de la réunion du Conseil des ministres qu’il avait présidé, dimanche, « ses sincères félicitations » au peuple algérien, particulièrement les travailleurs, à l’occasion du double anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), le 24 février 1956 et de la nationalisation des hydrocarbures en date du 24 février 1971. Dans ce contexte, il a exhorté les travailleurs « à tirer les enseignements de ces deux évènements historiques pour relever les défis». Comment? C’est en prenant exemple sur les aïeux dans leur élan pour la promotion de la conscience d’émancipation dans le milieu des travailleurs et la mobilisation en faveur du noble objectif national, à savoir le recouvrement de la souveraineté nationale, la réalisation de l’indépendance et l’édification d’un Etat national indépendant » dit-il. Le Président Tebboune a félicité, en outre, les travailleurs du secteur de l’énergie, à l’occasion de l’anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, « lorsqu’une poignée d’ingénieurs et de techniciens a réussi à défier les sociétés étrangères, en février 1971, en prenant les commandes de la gestion directe et du contrôle de la production et de l’exportation des hydrocarbures, suite à la promulgation de la décision de nationalisation, ce qui a permis de consolider l’indépendance économique et de le libérer du monopole et de la domination des sociétés étrangères sur les richesses nationales ». Le Président de la République a saisi l’occasion pour appeler l’ensemble des citoyens et citoyennes à « sacraliser les vertus du travail et de la morale dans la grande bataille que nous menons pour l’édification de la nouvelle République, en retroussant les manches et en libérant leurs potentiels et leurs talents afin de réaliser le bond qualitatif requis en matière de diversification du produit national et d’accélérer la libération du pays de la dépendance à la rente pétrolière ».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*