Accueil » Chronique » Point de Vue : Pas de corruption, pas de haine, non plus Souhaitons-le !!

Point de Vue : Pas de corruption, pas de haine, non plus Souhaitons-le !!

Ce sont, à vrai dire, les deux maux les plus morbides, pouvant mettre à genoux une nation. La haine et la corruption. Et, justement, c’est cela, malheureusement, qui caractérise notre pays, l’Algérie. Renverser l’équation, cela voudrait, peut-être dire, qu’en s’attaquant à ces deux funestes maux, l’Algérie pourrait augmenter son espérance de vie. Le dernier message du président de la république, à l’occasion de la fête du 24 février, s’étant centré sur la corruption et la haine, allait dans le sens, que je viens d’attribuer aux plus nuisibles tares qui rongent, toujours la société. Pour la corruption, je ne suis pas tout à fait sûr qu’ils pourraient y avoir des méthodes aussi efficaces, afin d’atteindre le degré «zéro corruption». L’on peut certes, réduire le phénomène à un degré, moins par rapport aux massacres qui se constatent actuellement… Cependant, il faudrait trouver les incorruptibles intègres et honnêtes pour mener cette rude et sacrée tâche à bien. Déjà, où et comment trouver ces hommes, sera une tâche plus ennuyeuse, pour le président de la république, que la lutte elle-même. Pour ce qui est de la haine, le gouvernement actuel doit s’engager à lutter, sans le moindre répit, contre tout discours, incitant à la haine, notamment la haine raciale et de l’ostracisme…Un concours de l’Histoire ancienne avait fait en sorte que l’Algérie devienne au 21ème siècle un pays multiracial et multiculturel. La solution idéale ne sera pas de faire exploser le pays en une multitude d’Etats, sous la tutelle du sionisme international afin de satisfaire les égoïsmes racistes des uns et des autres. Elle est dans la création d’un monde de cohabitation dans les règles du respect de chacun…et selon les droits et les devoirs imposés par l’Etat de droit … Aucun algérien ne saurait prétendre monopoliser toute la vérité sur la question de l’identité nationale. Le problème, c’est que ce problème se débattait secrètement, dans des cercles très restreints, par une élite de personnes ou ce qu’ils prétendent être et loin des yeux profanes. Alors que le plus sage serait d’organiser des assises nationales à cet effet, afin de sortir avec des résultats concluants et satisfaisants pour tout le monde. Le reniement, le rejet de l’autre et l’exclusion, voir même de l’effacement de l’autre, n’est pas la bonne solution…Elle ne pourrait, en fin de compte, que souffler sur le tison de la haine, qui chaque fois, s’habillera d’un aspect particulier … Parsemons, donc, la culture de la coexistence, du dialogue et du respect.

À propos A. BenAbdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*