Accueil » Actualité » Le Directeur des relations du travail au ministère du Travail affirme : 466 grèves recensées en 2019

Le Directeur des relations du travail au ministère du Travail affirme : 466 grèves recensées en 2019

Ainsi, en 2019, la culture des grèves s’est emparée telle une trainée de poudre chez les travailleurs et fonctionnaires de plusieurs secteurs dont entre autres les médecins résidents, les enseignants, les médecins praticiens de la santé publique, les taxieurs, les imams, Air Algérie sans oublier évidemment les étudiants. 2019, une année pas avare également pour les travailleurs du secteur économique et les entreprises. Le monde des travailleurs a fait tête dans un contexte d’effondrement de l’économie, causé principalement par les revenus pétroliers revus à leur plus bas niveau avant de se redresser « légèrement » vers la fin de l’année dernière. Depuis l’investiture du président de la République Abdelmajid Tebboune, le 19 décembre dernier, les portes de l’espoir se sont ouvertes chez les travailleurs de plusieurs secteurs. Tebboune a promis de régler le problème du pouvoir d’achat des Algériens et celui des impôts pour les jeunes entreprises. Le chef de l’Etat en a même fait son « cheval de bataille » .Première initiative, la décision d’augmenter le salaire minimum national garanti (SMIG) de 18.000 DA vers 25.000 DA au moins. D’autres mesures seront annoncées à moyen terme. Mais ce sont forcément les grèves auxquelles ont fait appel les syndicats, qui ont connu un ascendant vertigineux durant l’année 2019. C’est un secret de polichinelle de dire que le nombre de représentations syndicales est monté telle une flèche, ces dix dernières années, à la faveur du renforcement de l’arsenal des lois sur le pluralisme syndical et celui des libertés. C’est ainsi que le nombre de syndicats de travailleurs enregistrés s’élève à 91 dont 63 sont implantés dans les institutions et administrations publiques, soit un taux de 69%, a-t-on appris dimanche auprès du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. « Le nombre d’organisations syndicales de travailleurs enregistrées légalement s’élève à 91 dont 63 dans le secteur des institutions et administrations publiques, soit 69%, alors que les 28 autres sont concentrées dans le secteur économique, soit 31% », a déclaré à l’APS, le Directeur des relations du travail au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Rabah Mekhazni. Le même responsable a ajouté que les 63 organisations syndicales de travailleurs implantées au niveau des institutions et administrations publiques sont réparties sur plusieurs secteurs, notamment l’éducation nationale (25), la santé (19), la justice (4), l’enseignement supérieur (3), l’intérieur (3), alors que les secteurs des finances et de la formation professionnelle englobe chacun deux (2) syndicats. M.Meghazni a expliqué que « le nombre d’organisations syndicales enregistrées, conformément aux dispositions de la loi 90-14 du 2 juin 1990 sur les modalités d’exercice du droit syndical, s’élève à ce jour, à 138 syndicats dont 91 organisations syndicales de travailleurs et 47 organisations syndicales d’employeurs ». Il a précisé que les syndicats d’employeurs sont enregistrés dans plusieurs secteurs d’activité, citant plus particulièrement le BTPH, les services, l’industrie, les transports, la culture, la santé et le tourisme. Le même responsable a fait savoir que sur les 138 organisations syndicales, 48 d’entre elles, soit 34%, sont « inactives », car n’ayant pas exercé ou renouvelé leur instance de direction. M. Mekhazni a relevé que durant l’année 2019, le monde du travail en Algérie a été marqué par « quelques perturbations », ajoutant que « 466 mouvements de grève ont été recensés dans plusieurs secteurs et ont concerné 314.597 fonctionnaires sur un effectif global de 717.408, soit un taux de 44% et une perte de 626.586 journées de travail perdues ».

À propos B.Habib

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*